Réseaux Sociaux

En 2012, Facebook envisageait de faire payer l’accès aux données utilisateurs

Des révélations qui font suite à la saisie de documents sur le sol britannique cette semaine

C’est une vraie mine d’or que nous sommes en train de découvrir sur les réflexions passées de Facebook. Le Wall Street Journal met la lumière sur des e-mails de Facebook datant d’une période qui va de 2012 à 2014. Des révélations intéressantes qui permettent de mieux comprendre les débats internes chez Facebook, notamment sur la possibilité de faire payer les entreprises pour qu’elles puissent avoir un accès aux données des utilisateurs. Des révélations qui font clairement écho à l’actualité.

Alors qu’à l’époque, l’entreprise s’efforçait d’améliorer ses revenus à la suite de son introduction en bourse en 2012, un employé a lancé l’idée de fermer l’accès aux données aux entreprises qui ne dépensaient pas assez selon lui. Le média Engadget ajoute qu’en 2012, chez Facebook, on tente de trouver un moyen d’augmenter les recettes publicitaires en incitant les marques à dépenser plus.

Nous savons tous comment ces discussions se sont terminées. Heureusement, les accès aux données des utilisateurs ne sont jamais devenus payants. Néanmoins, les e-mails en question pourraient bientôt être rendus publics. C’est le Parlement britannique qui a saisi ces documents, parmi d’autres. D’ici quelques jours, ils pourraient tout simplement être mis en accès libre. Au départ, ils devaient rester secrets, bien au chaud aux États-Unis. Cependant, il semblerait que cela ne soit plus d’actualité.

Ces révélations sont intéressantes et montrent comment l’entreprise a dû composer pour trouver son équilibre. Évidemment, elle devait générer des profits, c’est là que l’idée de monétiser les données utilisateurs est apparue. Mais les utilisateurs attendaient tout de même de Facebook un certain niveau de protection de la vie privée. Depuis 2014, de l’eau a coulé sous les ponts et le scandale de Cambridge Analytica a été rendu public. Tout cela montre que l’accès aux données reste un point très sensible, indépendamment de la volonté de Facebook d’en faire payer l’accès.

Send this to a friend