Technologie

Google est accusé d’avoir contourné le RGPD dans 7 pays

Cela fait 6 mois presque jour-pour-jour que le Règlement Général sur la Protection des Données est entré en vigueur dans toute l’Europe. Tout a l'air d'aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, pour nous européens. Néanmoins, comme à son habitude il a fallu que Google se fasse remarquer.

Plusieurs groupes de consommateurs ont déposé plainte, concernant la géolocalisation de Google et un manquement au RGPD. 7 pays sont concernés, la Norvège, les Pays-Bas, la Grèce, la République Tchèque, la Slovénie, la Pologne et la Suède.

Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) dénonce des « pratiques trompeuses » de la part de Google. Notamment au niveau de la fonction localisation. Toujours selon le BEUC, cette fonctionnalité n’est pas réellement activable ou non. Google est capable de suivre la position d’un utilisateur même lorsque que ce paramètre est désactivé. Pour être totalement invisible il existe un deuxième paramètre à désactiver, qui empêche le suivi GPS. C’est ce manque d’information de la part de la filiale d’Alphabet qui dérange les utilisateurs des pays respectifs.

Une lourde amende est prévue

Si ces plaintes sont retenues, de lourdes sanctions pourraient encore une fois s’abattre sur le géant américain. Google a répondu à ces plaintes en déclarant que l’historique des positions est désactivé par défaut. Et qu’en aucun cas cela empêche le suivi de position.

Un porte-parole a déclaré à Reuters : « L’historique de localisation est désactivé par défaut et vous pouvez le modifier, le supprimer ou le suspendre à tout moment. Si cette option est activée, elle contribue à améliorer des services tels que le trafic prévu sur votre trajet.
Si vous le suspendez, nous précisons que, en fonction des paramètres de votre téléphone et de votre application, il est possible que nous collections et utilisions les données de localisation pour améliorer votre expérience Google. »

Sans inquiétudes, Google a ajouté avoir l’intention de lire le rapport afin de découvrir s’il contenait des informations à prendre en compte.

Un autre GAFAM, habitué aux plaintes en reçoit aussi beaucoup depuis la mise en place du RGPD. Il s’agit évidemment de Facebook. Plus tôt dans l’année, l’Irlande enquêtait sur une brèche de sécurité pouvant toucher jusqu’à 29 millions de comptes.

Le RGPD étant encore récent, les tribunaux n’en tiennent pas forcément rigueur. Néanmoins si ces plaintes venant de 7 pays européens à l’égard de Google viennent à être validées. Ce GAFAM risque une amende avoisinant les 4 milliards de dollars. Soit environs 4% de son chiffre d’affaires mondial en 2017.

Send this to a friend