Nous vous l’apprenions récemment, le Parlement européen a adopté la nouvelle directive sur les droits d’auteur. L’objectif affiché de cette directive est d’établir un équilibre entre les titulaires de droits d’auteurs et les plateformes de diffusion en ligne de vidéos.

Alors que représente réellement l’article 13 ? Cet article devrait notamment imposer aux acteurs du Web, tels que YouTube, de négocier avec les ayants droits. Et ce pour parvenir à un accord de diffusion sur certaines vidéos empruntant des musiques et images soumises aux droits d’auteur. Sans accord, les plateformes devront limiter, ou même bloquer la diffusion des vidéos qui enfreignent la loi sur le Copyright. YouTube monte donc au créneau, puisque l’application de cette directive l’obligerait, dès à présent, à bloquer des millions de vidéos et groupes en Europe. Susan Wojcicki, directrice générale de YouTube, va même plus loin.

« L’article 13 menace des centaines de milliers d’emplois, de créateurs européens, d’entreprises, d’artistes, et de tous leurs employés. La proposition forcera les plateformes, comme YouTube, à donner la priorité au contenu d’un petit nombre de grandes entreprises. Le fardeau de la preuve du droit d’auteur sera trop lourd pour la plupart des créateurs indépendants », selon la représentante.

La plateforme californienne s’est donc lancée dans une véritable bataille. Elle incite ainsi tous les créateurs de contenus à rejoindre son combat, en les incitant à créer des vidéos sur l’article 13 et les dangers qu’il représenterait selon eux. Des vidéos qu’ils devront partager avec le hashtag #SaveYourInternet.

YouTube est cependant enclin à la discussion pour le moment. Parmi une liste de revendications publiée, le géant réclame que « les plates-formes ne devraient être tenues responsables que des contenus qui ont été identifiés par des outils tels que Content ID ou via la procédure de demande de retrait ».

Il reste encore quelques jours à YouTube pour faire peser la balance de son côté. La Commission, le Conseil européen, et le Parlement européen sont actuellement en négociations, avant une entrée en vigueur de la nouvelle directive au début de l’année 2019.