A une époque dans laquelle une partie des transactions et échanges entre les entreprises se font sur internet, quelques documents comme le Kbis suffisent à vous identifier très rapidement et garantir votre fiabilité à vos -potentiels- partenaires (et inversement). Parce qu’il est toujours bon de revoir les basiques, nous vous proposons de redécouvrir les indispensables pour assurer la fiabilité de votre entreprise aux yeux de vos clients.

Le numéro d’identification, simple, mais prérequis de fiabilité

Quand vous travaillez avec une nouvelle entreprise, ou même que vous vous adressez à une d’entre elles, il est toujours bon de prouver votre bonne foi grâce à des numéros d’identification permettant d’assurer votre authenticité (SIRET, SIREN, APE…) . Ces informations, normalement extrêmement simples à retrouver pour votre partenaire, lui permettront de s’assurer de votre condition juridique et de la légalité de votre situation. Il pourra se servir théoriquement de ces numéros pour retrouver votre état financier, votre durée d’existence etc.

Le journal d’annonces légales

Lors de la création de l’entreprise, son transfert de siège social ou encore le changement de ses statuts, il est obligatoire de faire publier un avis dans un journal d’annonces légales. Si le choix vous appartient, il est nécessaire toutefois que celui-ci soit habilité dans le département ou la siège social de votre entreprise est enregistré. Après la publication, vous obtiendrez une attestation.

Avant toute transaction, le mieux reste le Kbis

Le certificat de « garantie de légalité » le plus efficace reste l’extrait Kbis. Demandé aux entreprises pour répondre à des appels d’offres ou pour ouvrir un compte bancaire professionnel, ce document ne peut être obtenu que de façon payante auprès d’un tribunal de commerce. Il recense les immatriculations d’une société, mais également plusieurs informations très précises sur ses dirigeants et leurs activités. De plus, ce document atteste que l’entreprise qui le reçoit est rigoureusement dans la norme juridique. Ne vous inquiétez néanmoins pas si ce document ne peut pas être fourni par une association ou un artisan, il est réservé exclusivement aux entreprises inscrites au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Si vous projeter vous-même de vous attaquer à plusieurs grands marchés, de demander une subvention, il est recommandé d’en posséder un de moins de trois mois (au delà, il perd en valeur juridique). Vous pouvez aller le chercher par vous même au tribunal de commerce, réaliser les formalités sur infogreffe, ou en faire la demande auprès d’une société comme extrait-de-Kbis pour un processus plus rapide et un envoi régulier et automatisé sous format numérique ou papier. L’avantage de cette démarche est que l’entreprise pourra vous permettre de souscrire à des forfaits qui automatisent la demande, vous permettant d’avoir un Kbis toujours valable et actualisé pour vos démarches.