Technologie

Une femme harcelée par son ex via son système domotique

Une femme raconte comment son ex-compagnon l'a harcelé à travers des éléments de sa maison connectée

Tandis que les maisons connectées sont de plus en plus courantes et dotées de technologies toujours plus innovantes et contrôlables, une femme a affirmé s’être fait harceler par son ex-compagnon dans sa propre maison. Cette histoire soulève une fois de plus le risque du tout connecté, et des abus qui pourraient en découler.

Entre de mauvaises mains, bien qu’elles soient des plus pratiques, les objets connectés dans la maison peuvent créer de véritables calvaires. De nombreuses personnes en ont déjà fait les frais, comme Ferial Nijem, qui a raconté son histoire au journal canadien CBC. Cette femme a été harcelée par son ancien compagnon, qu’elle définissait comme « violent », qui a utilisé plusieurs éléments domotiques dans sa propre maison.

Ferial Nijem, raconte à la SRC que son ex-compagnon avait commencé à agir comme ça lorsqu’ils passaient une mauvaise période et qu’ils vivaient séparément. L’homme en question surveillait Ferial Nijem à l’aide des caméras de sécurité qui étaient placées autour de la maison, et ce même lorsqu’il était à des milliers de kilomètres de chez elle. De plus, lors d’appels en Facetime, l’homme demandait à dire bonjour à la personne qui était à côté de la jeune femme sans qu’il ne l’ait vu par le biais du téléphone. Déduction logique, l’ex-compagnon utilisait bien le système de caméras de l’habitation. Par ailleurs, il détenait un contrôle total de la maison et elle ne pouvait malheureusement rien faire pour le contrer. Perturbée sans arrêt par les lumières qui s’éteignaient et se rallumaient, par la radio avec le son au maximum la nuit, elle était impuissante face à ce harcèlement. Ferial Nijem déclare que « c’est presque comme si la maison était hantée. Ce n’est fait que pour vous causer un traumatisme, pour faire peur, pour causer de l’anxiété ».

La jeune femme est alors allée porter plainte au commissariat local, mais malheureusement pour elle, son ex-compagnon était le seul cité en tant que propriétaire de la maison. Depuis, elle a obtenu de l’aide auprès d’un centre d’accueil pour femmes. Elle a également déclaré que les fabricants d’appareils domestiques comme les enceintes connectées avec Alexa (qui est connectée à plus de 200 000 appareils) ou avec l’assistant de Google Home, devraient davantage prendre en compte les risques afin de protéger les potentielles victimes.

Cependant, Ferial Nijem est loin d’être la seule dans ce cas, en effet, une femme s’est vu se faire pirater sa caméra connectée qui s’est mise à lui parler, la jeune femme a déclaré penser devenir folle. Ce n’est pas tout, des agresseurs prenaient le contrôle de maisons et enfermaient les propriétaires à l’intérieur, montaient le thermostat à 38°C et le volume des appareils au maximum. Le plus malsain dans cette méthode est sans aucun doute le fait que les agresseurs font croire aux personnes qu’elles deviennent folles et que leur maison se retourne contre elles.

Send this to a friend