Dans une déclaration relayée par Reuteurs ce lundi 29 octobre, le PDG d'EasyJet a annoncé que la compagnie préparait ses premiers vols électriques pour 2030. Elle prend ainsi un léger retard sur son principal concurrent en termes de vols low cost, qui les prévoit pour 2027. Ce retard a pour but de permettre à son fournisseur de moteur électrique, Wright Electric, de peaufiner sa technologie et d’éviter des risques inutiles.

Wright Electric, un fournisseur dynamique

Bien que l’échéance ait été repoussée de 3 ans, Wright Electric, le fournisseur de moteurs électriques d’EasyJet, avance à grande vitesse. L’entreprise américaine a déjà produit un moteur pour un avion électrique biplace, et travaille sur un moteur pour du 9 places qui devrait sortir l’année prochaine. Assurément, le travail sur des moteurs d’avions de plus grande taille devrait rapidement suivre selon le PDG Jeffrey Engler. Il a d’ailleurs annoncé qu’un moteur pour avion électrique de 180 passagers tel que le désire EasyJet était encore envisageable pour avant 2030.

Le moteur électrique sera source de sérieux changements dans l’industrie aéronautique

Les avions électriques vont réduire considérablement le bruit, les émissions de carbone, et surtout les frais de carburant relatifs aux vols commerciaux. En effet, le kérosène est l’une des principales dépenses sur les vols, et comme l’essence, son prix ne cesse d’augmenter ces dernières années. Selon Wright Electric, l’avènement de l’avion électrique permettra de réduire de 30% les dépenses énergétiques.

EasyJet rassure ses actionnaires

Le PDG de EasyJet, Johan Lungren, a corroboré les propos de Engler selon lesquels l’avion électrique pourrait être prêt dans les délais. « Il n’y a aucune raison pour laquelle nous ne pouvons pas respecter l’échéance initiale, c’est juste que nous attendons les fournisseurs, nous attendons les batteries, donc nous essayons d’être prudents. » Des propos rassurants pour les actionnaires, mais aussi les clients, qui gardent parfois un peu d’inquiétude vis à vis de la qualité des avions des compagnies low cost.
Toujours selon lui, le moteur qui viendra dans les années à venir pourra voler sur des trajets d’environ 500 km, et sera donc surement privilégier pour les vols nationaux ou limitrophes, dans un premier temps

L’empreinte carbone va tout de même rapidement baisser.

Bonne nouvelle pour l’écologie, la compagnie aérienne britannique n’attendra pas ses moteurs électriques de grandes capacités pour baisser sa consommation de gaz carbonique. EasyJet a annoncé qu’elle réduirait ses émissions de 10% d’ici 2022, avec des véhicules plus économes en carburant. Elle suit ainsi la tendance d'autres grandes entreprises telles que Sony ou encore Google, qui s’investissent dans une consommation d’énergie plus responsable depuis plusieurs années.