Les deux constructeurs se voient infliger une amende de 15 millions d’euros par l’Italie. Apple et Samsung sont accusés d’avoir ralenti et détérioré des smartphones en imposant des mises à jour à leurs utilisateurs. Une goutte d’eau dans l’océan, mais un signal fort pour les consommateurs et pour les fabricants. Désormais les géants de la téléphonie sont prévenus : les gouvernements ne laisseront plus ce genre de comportement sans sanction. Le média TechCrunch précise que la faute la plus grave reprochée à Apple et Samsung est le caractère poussif des notifications envoyées à leurs utilisateurs pour faire les mises à jour.

Si les mises à jour étaient simplement mises à disposition des clients, cette histoire n’aurait pas pris de telles proportions en Italie. Le problème est que les sociétés ont insisté pour que les mises à jour soient installées par les utilisateurs, malgré les problèmes qu’ils pourraient rencontrer par la suite. Apple n’aurait pas suffisamment informé ses clients sur certaines caractéristiques essentielles aux batteries des smartphones.

“Les deux sociétés ont incité les consommateurs – en proposant avec insistance de procéder au téléchargement et en raison de l’importante asymétrie d’information entre les consommateurs et les producteurs – à installer des mises à jour logicielles qui ne sont pas suffisamment prises en charge par leurs appareils, sans les en informer adéquatement ni leur fournir un moyen efficace de récupérer toutes leurs fonctionnalités,” précise l’autorité italienne dans son jugement.

Souvenez-vous, l’année dernière Apple envoyait énormément de notifications pour que vous installiez une mise à jour sur votre “vieil iPhone”. Les iPhones 5 et 6. C’est cette mise à jour qui a causé des problèmes de performance sur certains appareils. Également, des associations avaient porté plainte pour obsolescence programmée. Une conspiration pour que vous achetiez les derniers modèles ? Il semblerait que non. D’après la marque, il s’agissait d’un manque de tests sur les anciens modèles.

L’amende se répartie comme suit : Samsung devra payer 5 millions d’euros et Apple 10 millions d’euros. Concrètement, les amendes n’auront aucune incidence sur les résultats financiers des deux entreprises. En revanche elles permettent une avancée symbolique pour les consommateurs. Cette sanction prouve que les constructeurs n’ont pas tous les droits et qu’à l’avenir, d’autres amendes pourraient leur être infligées. Cette décision pourrait également faire jurisprudence dans d’autres pays en Europe et dans le monde.