Science

Une app expérimentale observe votre oeil pour vous dire quand vous êtes concentrés

Pour améliorer votre flux de travail quotidien.

Après avoir travaillé sur l’amélioration du goût des aliments grâce à la réalité virtuelle, l’Université de Cornell vient de dévoiler un outil qui permet de comprendre notre état de concentration.

Cette application décrypte l’état de vigilance de l’Homme en mesurant la taille de sa pupille. Les chercheurs ont pensé qu’il faudrait un moyen à disposition de tous pour pouvoir évaluer son niveau de concentration. Pour cela, vous pourrez bientôt le mesurer grâce à l’appareil photo de votre smartphone. D’après les écrits des chercheurs sur le site de l’Université, une faible concentration entraîne une baisse d’énergie. Cette application expérimentale pourrait donc contribuer à optimiser notre temps de travail en fonction de notre état de vigilance.

Vincent W.S. Tseng, étudiant en sciences de l’information et auteur principal de « Alertness Scanner » déclare que « comme notre vigilance varie, si nous pouvons la comprendre et connaître son état tout au long de la journée, il sera très utile de gérer et de planifier notre journée ». Cette application expérimentale a été présentée en septembre lors de la 20e Conférence internationale sur l’interaction entre l’homme et la machine. L’intérêt de cet outil est son caractère discret. Il permet de mesurer le niveau de concentration d’un seul coup d’œil, et c’est le cas de le dire.

Tseng ajoute que : « les gens utilisent leur téléphone toute la journée. Pour cette raison, nous nous sommes dits qu’il était l’instrument idéal pour mesurer le niveau de concentration. De plus en plus, les gens y sont sensibles. L’idée est qu’au moment de déverrouiller le téléphone, notre outil fasse en même temps un check-up de la vigilance de son propriétaire ».

Concrètement, lorsque nous sommes fatigués, stressés, cela provoque la dilatation de nos pupilles. L’outil développé par les universitaires permet d’analyser l’état de dilatation de nos pupilles et donc d’en tirer un résultat sur notre niveau de concentration global. Les chercheurs partent du principe simple qu’il est plus adéquat d’exécuter une tâche importante au sommet de notre vigilance. Si celle-ci n’est pas suffisante, c’est peut-être le moment de réaliser un travail d’apprentissage par cœur, de lecture, ou simplement de faire une pause. La recherche a été financée en partie par Intel et la Semiconductor Research Corporation.

Send this to a friend