C’est Markus Söder, actuel Premier ministre de la Bavière, qui porte ce projet. D’abord moqué, le plan pour l’innovation aérospatiale #BavariaOne commence à être pris au sérieux. Il attire d’ailleurs l’attention des médias internationaux. La Bavière compte bien devenir le lieu le plus important de l’innovation aérospatiale au cours de la prochaine décennie et faire de l’ombre à SpaceX. D’après le média TheVerge, le projet #BavariaOne est budgétisé à hauteur de 700 millions d’euros. Les principales activités de #BavariaOne se passeront à Ottobrunn, une petite ville située au sud-est de la capitale de l’État de Munich.

Lors de son discours pour les élections, Söder a déclaré que : “l’avenir est synonyme de technologie. La Bavière doit être leader sur ce marché : nous investissons déjà dans la numérisation, la robotique, l’intelligence artificielle, l’Hyperloop, les voyages dans l’espace, et même dans le développement d’ordinateurs quantiques. Désormais #BavariaOne va nous permettre d’aller encore plus loin”.

C’est notamment le tweet ci-dessous qui a attiré l’attention. De nombreux allemands pensaient qu’il s’agissait d’une blague. Sur le tweet, nous pouvons voir Söder en plein discours avec l’emblème de son visage inspiré de Star Trek affiché derrière lui, sous-titré “Bavaria One”. Cette photo est devenue virale et c’est là que les moqueries ont débuté. Certains ont même renommé le programme imaginé par Söder de “Mission Megalomania”.

Déjà, la Bavière est très dynamique dans le secteur de l’aérospatial. À Ottobrunn, justement, Airbus fabrique des panneaux solaires pour satellites ainsi que des systèmes de propulsion spatiale et des chambres de poussée pour le lanceur Ariane 5.

Dans les priorités du projet #BavariaOne : la fabrication de nouveaux satellites ultra performants. Ils offrent une vue plongeante de la Terre et la Bavière entend bien les utiliser pour améliorer ses performances lors d’interventions en cas de catastrophe naturelle ou même pour aider les agriculteurs à peaufiner leurs méthodes. Ulrich Walter, professeur d’astronautique à l’Université technique de Munich et ancien astronaute, a déclaré que : “les petits satellites constituent la pierre angulaire du plan Bavaria One.”