Il y a à peine une semaine, Facebook dévoilait ses deux écrans connectés Portal et Portal +. Une nouvelle importante d’autant que la présentation des deux produits avait été décalée suite au scandale Cambridge Analytica Cependant, il semblerait que l’entreprise n’est que faire de l’inquiétude des utilisateurs concernant leurs données. Comme le rapporte Recode, l’entreprise pourrait se servir de vos données d’utilisation afin de vous proposer des publicités ciblées.

Facebook dans la tourmente depuis plusieurs mois

Une nouvelle qui tombe mal, après les semaines difficiles que Facebook a connu, notamment suite au piratage de 30 millions de comptes. Au moment de l’annonce de l’écran connecté, le réseau social semblait confiant sur la sécurité de son produit en insistant la confidentialité et en affirmant que « Facebook n’écoute pas, ne visualise pas et ne conserve pas le contenu de vos appels vidéo sur Portal. » L’entreprise ajoutait que « les appels vidéos sont cryptés et vos appels sont donc toujours sécurisés. » 

Concrètement, un porte-parole de Facebook a expliqué à Recode « les appels vocaux sont basés sur l’infrastructure Messenger. Par conséquent, lorsque vous passez un appel vidéo sur Portal, nous collectons les mêmes types d’informations (données d’utilisation, telles que la durée et la fréquence des appels) que nous collectons sur d’autres applications compatibles Messenger.  Nous pouvons utiliser ces informations pour définir les annonces que nous vous diffusons sur nos plates-formes. D’autres données d’utilisation comme l’utilisation globale des applications, peuvent également alimenter les informations que nous utilisons pour vous proposer des annonces. »

Un problème de communication sur Portal ?

Une annonce qui paraît presque banale lorsqu’on connait le principe « quand c’est gratuit c’est vous le produit » et bien que Portal soit payant, Messenger reste une application gratuite. À la suite de cette annonce, Rafa Camargo, vice-président de Portal s’est excusé pour le manque de précision des informations communiquées et a expliqué « je pense que mon collègue avait l’intention de dire que nous n’avions pas l’intention de l’utiliser. Potentiellement nous pourrions. »

Un discours confus, qui ne risque pas de rassurer et va conforter les potentiels acheteurs dans leur méfiance envers les produits Facebook. Il est difficile pour Facebook d’expliquer avec précision aux utilisateurs les données collectées. Avec des produits à domicile dotés de caméras et de microphones l’entreprise se doit pourtant d’être clair sur ce point. La route semble donc longue pour l’entreprise de Mark Zuckerberg.