Science

Les Etats-Unis accusés de préparer une arme biologique… à base d’insectes !

Le projet Insect Allies, destiné à protéger les Etats-Unis d'une crise alimentaire, serait aussi destiné à détruire les récoltes selon un article signé par 5 scientifiques dans le prestigieux magazine Science.

Le milieu de l’agriculture va décidément connaître de profonds changements. Alors qu’on vous présentait récemment l’agriculture verticale pour augmenter la productivité, d’autres chercheurs américains ont trouvé une alternative. La transmission de virus par les insectes. Ces virus inoffensifs permettront de changer rapidement l’ADN d’une plante et la prémunir ainsi de toutes catastrophes.

Quel rapport avec les armes bactériologiques ? Un collectif de scientifiques, dont le français Christophe Boëte, craignent que l’invention soit usée pour diffuser des virus nocifs. Ironie du sort, le projet de recherche, « Insect Allies », est développé par la DARPA. Une agence du département de la défense américain consacré à la recherche militaire.

Une innovation pour le meilleur..

C’est dans le magazine Science, le 4 octobre dernier, que l’accusation a été portée. Et si le projet Insect Allies, si bénéfique en apparence, était utilisé à de mauvaises fins ? Originellement, le projet a été conçu afin de permettre aux plantes de s’adapter ultra rapidement. Ainsi, une catastrophe comme l’épidémie de Mildiou, ou les sécheresses d’Afrique, ne pourrait plus jamais impacter les récoltes. Les États-Unis, et peut-être un jour le monde seraient ainsi protégés durablement des famines.

… et pour le pire

Bien qu’il ait été conçu pour éviter la faim, ce projet pourrait au contraire causer une famine ciblée. Les ressources alimentaires sont un élément clé en temps de guerre. Les insectes pourraient donc être détournés à des fins militaires pour transmettre des virus destructeurs aux plantes des pays ennemis. On pourrait qualifier cette théorie d’alarmiste, mais les États-Unis ont souvent utilisé la technologie à des fins guerrières quand la situation l’exigeait. De plus, il est difficile de contrôler les déplacements d’insectes, contrairement à un produit photo-sanitaire que l’on diffuse. C’est du moins l’avis des chercheurs ayant incriminé le projet.

La responsable du projet temporise

De son côté, Blake Bextine, la responsable du « Insecte Allies » , a souhaité temporiser. Aucun élément de la recherche n’est caché, et les insectes sont bien plus contrôlables que n’importe quel produit phyto-sanitaire. De plus, les modifications qu’ils apportent ne sont pas durables. D’une saison à l’autre, les plantes reprennent leurs caractéristiques d’origine.

Quoi qu’il en soit, gageons qu’en cas de catastrophe, nos scientifiques trouveraient rapidement une guérison à un virus conçu en laboratoire. La science sait trouver des solutions rapides, et les récentes recherches de scientifiques de Honk Kong pour tuer les virus nous donnent plutôt confiance !

Send this to a friend