Intelligence ArtificielleTransports

La reconnaissance faciale débarque en Inde

Cela n'est qu'une option

C’est officiel, les indiens n’auront bientôt plus besoin de papiers d’identité pour prendre l’avion. Selon le Times of India, le gouvernement a décidé de généraliser la reconnaissance faciale comme moyen d’identification dans les aéroports. Une mesure qui devrait permettre aux voyageurs ayant oublié leurs papiers de pouvoir embarquer, mais aussi de fluidifier le trafic.

Un commencement en crescendo.

Les premiers aéroports touchés par la mesure seront ceux de Varanasi, Pune, Vijayawada, et Calcutta. La reconnaissance faciale y sera disponible d’ici six mois. Ensuite, le système sera généralisé à Mumbai et Delhi, puis les autres villes devraient rapidement suivre.
Cependant, cette généralisation n’implique aucune obligation, la reconnaissance faciale sera une option. Aucune chance, donc, de voir émerger un projet de reconnaissance similaire à celui de la Chine dans un futur proche.
Pour pouvoir être identifiés à l’aéroport, les indiens devront s’enregistrer avec une pièce d’identité sur l’un des sites du ministère de l’aviation.

Un système extrêmement pratique

Avec la reconnaissance faciale, les voyageurs enregistrés pourront circuler de façon plus fluide dans les espaces aéronautiques.
Une mesure salutaire quand on connait les problèmes liés aux transports publics en Inde. En effet, les aéroports subissent les mêmes problèmes que les trains, car le pays connait une baisse spectaculaire des prix des vols commerciaux.
Le système de reconnaissance faciale pourra être efficace même sur une personne souffrant de blessures au visage. Seul problème, la photo devra être renouvelée tous les cinq ans afin d’éviter des problèmes d’identification.

L’Inde et la reconnaissance faciale, une relation particulière

La reconnaissance faciale est un sujet clivant en Inde. Elle avait déjà été utilisée pour retrouver le chiffre spectaculaire de 3000 enfants en a peine quatre jours, pour le plus grand bonheur de nombreuses familles. Cependant, la façon dont le gouvernement gère les données incite à la méfiance. En effet, en janvier 2018, un journaliste indien à réussi à obtenir un accès à la plus grande base de données nationale, Aadhaar, pour une poignée d’euros. Cela influera t-il sur le succès du « passeport facial » ? On vous en dira plus d’ici quelques mois !

Send this to a friend