Une jeune texane a déposé en début de semaine une plainte contre Facebook, accusant le réseau social de ne pas agir suffisamment contre le trafic sexuel. Comme le rapporte Reuteurs, la jeune femme aurait à l’âge de 15 ans été violée et frappée par un homme rencontré via Facebook.

En 2012, un homme avec plusieurs amis en commun l’aurait ajouté sur Facebook et aurait commencé à discuter avec elle. Suite à une dispute avec sa mère, la jeune femme connue sous le nom de Jane Doe, aurait échangée avec cet homme, qui lui aurait “proposé de la consoler”. Il serait ainsi venu la chercher, puis l’aurait violé et frappé avant de poster des photos d’elle sur le site Backpage.com. Ce dernier est également accusé dans la plainte déposée, ce site de petites annonces a été fermé il y a quelques mois par le gouvernement fédéral, car il « aurait fermé les yeux sur le trafic qui s’y déroulait. »

Dans la plainte, il est indiqué que Facebook « a toujours été utilisé pour faciliter le trafic d’humain en offrant aux trafiquants sexuels une plateforme illimitée pour traquer, exploiter et recruter des enfants dans le commerce du sexe. Facebook est désormais le premier point de contact entre les trafiquants sexuels et ces enfants … Facebook fournit non seulement une plateforme illimitée à ces trafiquants pour cibler les enfants, mais dissimule la crédibilité des trafiquants. » Il est ainsi reproché au réseau social de ne pas avertir les utilisateurs sur les différents dangers qui rodent sur la plateforme, dont le trafic sexuel et le fait que les profils des utilisateurs ne sont pas assez contrôlés. Facebook n’a pour le moment pas réagi. Le tribunal du comté de Harris à Houston va ainsi devoir trancher et décider dans quelle mesure Facebook est impliqué. Jane Doe réclame un procès avec  jury ainsi qu’une compensation financière égale ou supérieure à un million de dollars.

Les services en ligne comme Facebook sont de grandes portes pour ce genre de trafic et d’abus. Les plus jeunes, souvent plus vulnérables peuvent se retrouver confronter à des situations qu’ils ne connaissent pas ou n’imaginent pas. Faut-il plus de prévention de la part des plateformes ? Instagram a par exemple récemment présenté un guide dédié aux parents afin qu’ils aident leurs enfants à bien utiliser le réseau social.