Depuis la nuit des temps, les hommes ont cultivé la terre puis récolté les fruits de leur labeur pour survivre. Maintenant que l’humanité représente environ 7 milliards de bouches à nourrir, produire en quantité suffisante est devenu compliqué. De plus, la recherche effrénée du meilleur rapport qualité-prix a conduit à un épuisement des richesses naturelles. Heureusement pour nous, l’agriculture verticale pourrait sauver l’humanité !

Comment l’agriculture verticale pourrait-elle sauver toute l’humanité ?

Alors que de nombreuses startups proposent des concepts innovants pour améliorer les performances agricoles, d’autres tentent d’implanter des fermes urbaines. Dans les faits, l’agriculture verticale consiste à cultiver des plants dans des structures ayant une faible emprise au sol au sein d’environnements fermés et contrôlés. L’objectif d’une telle démarche ? Produire plus en consommant moins de ressources,  tout en exploitant des zones urbaines. D’après les différentes études menées aux États-Unis, cela permettrait également de réduire l’utilisation de pesticides, notamment ceux liés aux parasites. Enfin, la distance parcourue par les aliments, pour aller de la ferme à la table, diminuerait considérablement.

Par ailleurs, il faut l’avouer : la pénibilité des travaux agricoles est loin d’avoir les atouts nécessaires pour faire naître des vocations chez les jeunes. Aussi, une startup américaine a décidé d’aller encore plus loin en remplaçant les employés par des robots. Le processus utilisé dans ces fermes d’un nouveau genre est similaire à celui déployé dans les entrepôts d’Amazon. Sauf qu’au lieu de fouiller des étagères à la recherche du dernier Fifa, les robots y cueillent des fruits et légumes. Brandon Alexander, cofondateur de la société Iron Ox Robotic Farms, a déclaré « Les deux coûts les plus importants dans l’agriculture verticale sont la main-d’œuvre et l’électricité ». Aussi, le prochain chantier consistera à utiliser l’énergie solaire pour chauffer les serres, car celle-ci est gratuite.

Source