Après avoir initié la numérisation des cartes de crédit, de transports en commun, et des cartes de fidélité, Apple s’attaque à un nouveau secteur. Il s’agit de la numérisation des cartes étudiantes et l’accès au service qui y sont liés via Apple Wallet.

Apple et les étudiants : une longue histoire d’amour

La marque à la pomme a toujours bénéficié d’une grande popularité auprès des étudiants. Ce fait, associé à son attrait pour le marché de l’éducation, qui a toujours été un des piliers de sa croissance a favorisé l’émergence du système qu’elle propose aujourd’hui. Besoin de sortir sa carte pour payer au Resto U ? D’imprimer un papier ? D’emprunter des livres ? Et bien certains étudiants américains n’ont plus ce problème aujourd’hui. En effet, les étudiants peuvent la retrouver à tout moment de façon numérisée sur leur application Wallet.

Rendons à César ce qui est à César. La popularité d’Apple auprès des étudiants n’est pas anodine puisqu’elle pense aux jeunes. En plus d’avoir optimisé leur confort, elle a aussi pensé à leurs galères administratives. Avec l’ensemble des papiers sur un même support, il est plus difficile d’égarer des pièces annexes. Aussi, il est plus facile de remplacer des données enregistrées au format numérique que de demander de nouvelles cartes papiers. On se souvient tous du labyrinthe de démarches que représente l’Université.

Un système encore en développement

La numérisation des cartes étudiantes sur Wallet ne fait actuellement l’objet d’un partenariat qu’avec trois universités. Il s’agit des Universités d’Alabama, de Duke, et d’Oklahoma. Le réseau devrait néanmoins rapidement s’étendre, avec des disponibilités dans trois autres universités annoncées d’ici la fin de l’année.

Un projet qui s’inscrit dans la politique de dématérialisation d’Apple

La numérisation des contenants du portefeuille physique s’inscrit dans l’objectif avoué d’Apple de mettre un terme à son existence. Probablement que lorsque notre portefeuille ne contiendra plus que notre carte de crédit, nous n’aurons alors plus aucune raison de la conserver de façon physique au détriment d’Apple Pay. L’objectif de remplacement du portefeuille correspond d’ailleurs très exactement au lancement de la célèbre application de paiement d’Apple. Le géant américain ambitionne même son utilisation optimale dans 60% des points de vente américains d’ici la fin de l’année.

« Lorsque nous avons lancé Apple Pay, nous nous sommes lancés dans un objectif de remplacement du portefeuille physique » s’était exprimée Jennifer Bailey, vice-présidente des services Internet d’Apple.