Après la suggestion de lieux touristiques à visiter et la comparaison du visage humain à des personnages d’art, Google Arts & Culture dévoile sa nouvelle innovation à l’occasion du London Design Week qui se déroule du 18 au 25 septembre 2018. Cette fois, on parle d’un lion qui affiche un poème crowdsourcé. Avec l’aide de la designer Es Devlin, l’entité de Google a créé ce concept qui fonctionne grâce à la contribution du public et à l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle de cette sculpture fluorescente a été enrichie et développée avec 25 millions de mots tirés de poèmes du 19ème siècle. Pour participer, il suffit de soumettre un mot. L’intelligence artificielle creusera dans sa base de données pour afficher un poème basé sur ce dernier. Un participant qui soumet un mot durant la journée le verra apparaître entre les crocs du lion ; et celui qui soumet son texte le soir, pourra le voir s’afficher sur la colonne Nelson.

Sir John Sorrell transmet une information clé à Es Devlin : Edwin Landseer, l’artiste qui a sculpté les lions au 19ème siècle n’a jamais voulu les voir si passifs. Des idées plus originales pour donner de la vie à ces statues ont été proposées à la Reine, qui les a décliné. Et c’est de là qu’est née l’idée du lion qui affiche le poème crowdsourcé.

Freya Murray, directeur de programme chez Google Arts & Culture, explique que l’entité de Google est fière de soutenir le travail d’Es Devlin en termes de machine learning et de participer à cette exposition d’art et de technologie publique pour le festival du design Londonien.