Apple passe à la caisse. L'entreprise a versé 13,1 milliards d'euros d'arriérés d'impôts et 1,2 milliards d'intérêts à l'Irlande. Cette somme avait été réclamée par la Commission européenne qui estime que les arrangements fiscaux conclus entre l'Irlande et la firme de Cupertino s'apparenteraient à une aide publique illégale.

L'amende avait été infligée dès l'été 2016 par l'exécutif européen, avec un délai de quelques mois pour effectuer le paiement. Jusqu'ici, Apple a toujours contesté cette condamnation. L'entreprise estime avoir fait de l'optimisation fiscale grâce aux avantages que proposent l'Irlande. Un avis que partage bien évidement l'Irlande qui abrite de nombreuses multinationales grâce à la souplesse de sa politique fiscale. Le pays s'oppose depuis le début à ce remboursement. “Le gouvernement est fondamentalement en désaccord avec l’analyse de la Commission et souhaite l’annulation de cette décision. En tant que membre engagé de l’Union européenne, nous avons toujours affirmé que nous récupérerions la prétendue aide de l’Etat,” a réagi Paschal Donohoe, ministre des finances de l'Irlande.

Afin d'éviter des sanctions plus lourdes, le gouvernement Irlandais a finalement annoncé que les 14,3 milliards d'euros ont été placés sur un compte bloqué, entre le deuxième et le troisième trimestre 2018. Cependant, l'affaire n'est pas finie pour autant. Apple et l'Irlande ont tous deux fait appel de la décision de la Cour de Justice de l'Union européenne, la somme ne sera donc encaissée qu'une fois tous les recours épuisés. Ce qui pourrait prendre plusieurs années.

Source.