Les pays de l'Union Européenne ont 6 mois pour décider si ils souhaitent rester à l'heure d'été ou à l'heure d'hiver
EditoScience

Les pays de l’Union Européenne ont 6 mois pour décider si ils souhaitent rester à l’heure d’été ou à l’heure d’hiver

Le début des problèmes ?

C’est officiel, 2019 sera normalement la dernière année pour le changement d’heure. En effet, la Commissaire européenne en charge des transports, Violeta Bulc a vendredi dernier annoncé que l’Union Européenne arrêterait le changement d’heure qui a habituellement lieu deux fois par an, en mars et en octobre. Le Parlement européen et le Conseil de l’UE devraient prochainement adopter la proposition. Une fois validée, les 28 pays membres de l’UE auront jusqu’à avril pour décider ce qu’ils souhaitent faire.

Cette décision fait suite à une enquête en ligne réalisée auprès de plus de 4 millions d’européens. 3 millions d’entre eux étaient des Allemands. Les résultats de l’enquête ont souligné que 84% étaient pour la suppression du changement d’heure.

Violeta Bulc reste confiante et suggère une « approche coordonnée » des différents pays afin d’éviter une situation trop complexe pour l’Union Européenne.

Cependant cette décision, si mal coordonnée risque de provoquer un certain décalage entre les 28 pays qui sont aujourd’hui sur 3 fuseaux horaires différents.

Les pays de l'Union Européenne ont 6 mois pour décider si ils souhaitent rester à l'heure d'été ou à l'heure d'hiver

Ceux qui défendent la suppression du changement d’heure explique « nous sommes clairement tournés vers les villes intelligentes, les bâtiments intelligents et les solutions intelligentes, qui apporteront beaucoup plus d’économies que les changements d’heure » en terme d’énergie. D’autres ajoutent que le changement d’heure amène des problèmes de santé à long terme, notamment des problèmes liés au sommeil ou encore à la concentration qui se retrouve réduite. 

Send this to a friend