La compagnie américaine Vtrus a dévoilé des drones capables de surveiller les entrepôts et les usines afin de faire des vérifications.

À ce jour, l'inspection de tels bâtiments professionnels demande de nombreuses ressources, que celles-ci soient en lien avec le temps, l’argent, ou le personnel. De fait, l’entreprise Vtrus s’est tournée vers le développement de drone dont la mission est justement d’effectuer des rondes dans les usines et les entrepôts.

Dévoilés à TechCrunch, les appareils volants exploitent la vision d’ordinateurs afin de voler dans ce type d’environnement intérieur. De la même façon, les drones sont en mesure de cartographier les zones de surveillances pour qu’elles puissent être analysées par les utilisateurs concernés. Baptisé ABI Zero pour l’instant, le drone de Vtrus est équipé de caméras RVB ordinaires à 360 caméras et de plusieurs capteurs. Les appareils peuvent rester en vol durant une dizaine de minutes avant de se poser sur une petite boîte qui lui permet de se recharger très rapidement. Une fois que le chargement a été effectué, le drone peut retourner en vol directement. Un tel processus permet aux systèmes de voler près de 6 heures par jour.

Dans les faits, une telle technologie permettra d’utiliser des drones pour effectuer des inspections considérées dangereuses pour ceux qui les pratiquent aujourd’hui, à l’exemple de la recherche de rouille sous une passerelle surélevée.

Jusqu’ici, de tels services existaient, mais proposaient une large marge d’erreur explique Jonathan Lenoff, directeur technique de Vtrus, avant de préciser que c’est justement un type d’utilisation qui nécessite des données particulièrement rigoureuses. Pour l’instant, la plateforme hardware et le logiciel SLAM présenté par Vtrus ne sont que des prototypes. De la même façon, l’entreprise collabore avec des entreprises afin de tester sa technologie.

Compte tenu du développement actuel des drones, il est logique que ces derniers présentent de multiples applications, dont l'inspection d'usines et d’entrepôts. De plus en plus, ces derniers sont exploités pour assurer la sécurité des bâtiments, mais aussi des êtres humains.