Après Cambridge Analytica, les utilisateurs de Facebook sont de plus en plus nombreux à faire une pause
Réseaux Sociaux

Facebook : de plus en plus d’utilisateurs font des pauses

26% des américains ont supprimé l'application

Mettre Facebook en pause ou supprimer l’application de son smartphone sont devenues des habitudes de plus en plus courantes, comme le rapporte l’un des sondages du Piew Research Center.

Menée sur des individus américains âgés de 18 ans et plus entre fin mai et mi-juin, l’étude montre que 54% des participants ont modifié leurs paramètres de confidentialité lors des 12 derniers mois. Ils sont 4 sur 10 à avoir arrêté d’utiliser la plateforme pendant plusieurs semaines et environ 26% à avoir décidé de supprimer l’application mobile. Au total, 74% des répondants expliquent avoir réalisé l’une de ces actions durant l’année.

Côté utilisateurs, les plus jeunes sont ceux ayant réalisé le plus de changements au niveau des paramètres de confidentialité. 44% des 18-29ans ont déclaré avoir supprimé l’application au cours de l’année, un chiffre plus important que pour les utilisateurs de 65 ans et plus qui sont seulement 12% à avoir fait de même. Autre chiffre important, à peine un tiers des 65 ans et plus a réussi à modifier ses paramètres contre 64% des plus jeunes. Une donnée qui souligne bien la difficulté, pour les plus âgés, d’utiliser ce type de service et de protéger leurs données. Ce n’est un scoop pour personne que les jeunes délaissent de plus en plus le réseau social de Zuckerberg pour se tourner vers Instagram ou Snapchat pour communiquer ou partager avec leurs amis. C’est d’ailleurs pour cela qu’Instagram a copié à plusieurs reprises les idées phares de Snapchat telles que… les Stories. Enfin, ils sont seulement 9% sur l’ensemble des sondés à avoir téléchargé les données collectées par Facebook. Sur ce petit pourcentage, environ la moitié a décidé de supprimer l’application.

Des comportements qui ne sont pas surprenants suite à l’affaire Cambridge Analytica survenue en mars dernier, ainsi qu’aux différents scandales liés aux élections ou encore aux fake news. Après les révélations concernant la fuite des données de plusieurs millions de personnes, le #deletefacebook était d’ailleurs apparu, incitant ainsi les utilisateurs à supprimer leur compte.

Send this to a friend