Netflix, Amazon et tous les autres services de streaming oeuvrant dans l’Union Européenne devront proposer au moins 30% de contenus européens sur leurs bibliothèques en ligne, et ce, dans les mois qui viennent. C’est ce qu’impose désormais Bruxelles, même si le vote n’est pas encore acté et que chacun des 28 pays de l’U.E. devra l’appliquer.

Les films, séries et autres documentaires de toutes les plateformes de streaming vidéo proposant leurs services en Europe sont tous concernés. Les géants Netflix et Amazon Prime vidéo ne pourront déroger à la règle sous peine de sanctions.

Le vote de Bruxelles devrait intervenir en décembre selon une déclaration de Roberto Viola, chef du département de la Commission européenne. Les États-Membres auront 20 mois pour légiférer au niveau national. Roberto Viola l’affirme : “Nous avons juste besoin du vote final, mais c’est une simple formalité” avant d’ajouter que les pays “pourraient choisir de relever le quota de 30% minimum à 40%”. Chaque pays pourra aussi déterminer un quota minimum de vidéos issus de leur propre pays.

Toutefois, selon les chiffres de la commission, Netflix propose déjà près 30% de contenus locaux à ses publics européens.

En fin d’année, l’U.E. publiera les pourcentages d’oeuvres européennes présentes sur ses sites de streaming.

Outre ce quota, de nouvelles règles seraient au programme. Parallèlement, il faut savoir que la commission européenne travaillerait sur des dispositions légales obligeant les sociétés de diffusion telles que YouTube à payer des droits d’auteur plus élevés pour mieux rétribuer écrivains et réalisateurs. Roberto Viola déclare : “C’est un paradoxe que, dans le monde numérique, les plates-formes obtiennent la plus grande part du flux de revenus et que celles qui créent le contenu et génèrent du trafic obtiennent le plus petit pourcentage”.