En 2020, 50% des requêtes Google seront vocales *. Si Google confirme sa volonté de transformer son moteur de recherche en un “assistant de haut niveau”, il est impératif pour les entreprises d’anticiper ce virage et d’explorer de nouveaux insights pour émerger dans ce nouveau modèle. Une transformation qui se fait par le biais d’évolutions technologiques et une meilleure connaissance du comportement des internautes.

Ecouter. Repenser. Se positionner pour rester visible

Les données observées concernant les recherches vocales nous apprennent trois choses à leur sujet :

  • 22% sont employées pour de l’information locale (rechercher un itinéraire, trouver un restaurant, une boutique, etc) ;
  • La recherche vocale est utilisée différemment en fonction de l’âge ;
  • Les requêtes sont naturellement plus longues.

En effet, les requêtes vocales sont tournées vers la conversation et donc naturellement plus longues. Alors qu’en moyenne une recherche contient 3 mots clés, Google doit analyser de véritables phrases qui comprennent des mots d’interrogation tels que “comment”, “où”, “combien”. Cette forte notion de localisation et ces nouvelles habitudes de recherche forcent les marques à d’une part comprendre et intégrer ces codes pour émerger dans le flot de résultats et d’autre part à veiller à se positionner stratégiquement dans le moteur de recherche. On passe donc de requêtes écrites concises à des requêtes vocales tournées vers la conversation, ce qui implique pour les marques une adaptation des contenus et pour Google de se doter de nouveaux outils.

Dans la même catégorie

Du moteur de recherche au moteur de réponse

Pour trouver le meilleur contenu qui correspond à l’intention de recherche de l’utilisateur, le géant de la Silicon Valley a intégré deux solutions : HUMMINGBIRDS : une mise à jour qui permet au moteur de recherche de mieux interpréter les requêtes faites en langage parlé par les utilisateurs et RANKBRAIN, un algorithme basé sur des méthodes d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique.
RankBrain a été une révolution : grâce au flux considérable d’informations emmagasinées, il améliore continuellement la prédiction de l’intention de recherche pour détecter ce qui se passe dans la tête d’un internaute et comprendre comment répondre de la façon la plus précise aux différentes requêtes. Un travail considérable sachant que chaque jour, pas moins de 3,3 milliards de requêtes sont effectuées, dont 20 % sont des requêtes vocales et qui dresse un constat implacable pour les entreprises : la recherche du futur sera vocale.

Comment prendre en compte ces changements dans une stratégie digitale ?

Pour performer, il est nécessaire de créer du contenu répondant aux besoins des clients et des prospects. Les marques doivent refondre leurs éléments de langage en privilégiant le langage parlé, en identifiant des questions claires et simples du marché et en proposant des réponses claires et directes. Dernier exemple en date avec Boursorama, qui vient d’annoncer au début du mois de juillet un partenariat avec Google Assistant. Les clients de la banque en ligne peuvent désormais utiliser les assistants vocaux Google pour obtenir des informations sur leurs dernières opérations ou effectuer un virement.

De plus, depuis une récente mise à jour, il est désormais possible de converser avec Google Home sans avoir à répéter “Ok Google” à chaque requête. De ce fait, il est indispensable de prendre en compte le langage conversationnel et donc de se tourner vers une approche sémantique beaucoup plus humaine.

Pour ce faire, la première étape, et la plus stratégique, reste l’identification des requêtes vocales. L’entreprise peut miser sur les outils de suggestion de mots clés habituels, mis à disposition par Google et ses APIs ou se différencier en identifiant les concepts sémantiques.

Elle peut également miser sur la Big Data sémantique. Cette analyse massive des data sémantiques présentes sur Internet permet d’être au plus près des échanges entre consommateurs et de capter leurs interrogations, leurs besoins : requêtes sur les moteurs de recherche, conversations sur les réseaux sociaux, forums, avis déposés sur un site de notation…

Les marques ont désormais l’opportunité de rebattre les cartes et d’identifier les requêtes et expressions réellement utilisées par les cibles. Grâce à des data qualifiées et tangibles qui facilitent la prise de décision, cette analyse multi-sources permet à ces dernières de déterminer des insights stratégiques et réellement différenciants.

A condition d’adapter leur stratégie marketing, ces évolutions comportementales sont de formidables opportunités pour les entreprises, qui vont pouvoir adresser de nouveaux messages, plus précis et impactants à leurs consommateurs. In fine, c’est la promesse d’accéder avec plus de facilité à une nouvelle proximité et une communication plus efficace auprès de son public.

*Etude ComScore, 2016