Rien de tel que de désengorger sa timeline sur Twitter de temps en temps, voire régulièrement. Jusqu’à présent, c’est une opération assez fastidieuse et en rien globale si l’on a pas recours à un outil externe d’unfollow plus massif. Après avoir procédé dernièrement au bannissement de millions de faux comptes suite à de vives critiques, Twitter a souhaité tester une nouvelle fonctionnalité sur son réseau social en proposant aux utilisateurs des listes de comptes à unfollow sur leur interface. C’est ce dont s’est aperçu une poignée de testeurs pendant quelques jours.

Comment sont sélectionnés ces comptes ? Twitter y répond dans une interview : « nous savons que les gens veulent une timeline Twitter pertinente. Une façon d’y parvenir est de ne pas suivre les gens avec lesquels ils ne s’engagent pas régulièrement. Nous avons fait un test incroyablement limité pour mettre en avant les comptes avec lesquels les gens ne s’engageaient pas pour vérifier s’ils aimeraient ne plus les suivre. » avant d’ajouter « Nous avons effectué un test incroyablement limité sur des comptes de surface auxquels les gens ne s’adressaient pas pour vérifier s’ils préféraient les suivre. »

En résumé, si vous n’interagissait jamais avec tel ou tel compte (like, RT, clic ou même réponse), il y a fort à parier que le réseau social vous propose de vous désabonner à l’avenir. Toutefois, la firme ne précise pas si le test a été concluant et si la fonctionnalité sera adoptée à court ou plus long terme.

On est, en outre, en droit d’être surpris car cette possibilité est l’exacte contraire de la politique de Twitter depuis 2006 : nous inciter à suivre massivement des comptes en fonction en nos goûts. Mais au fond ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée, surtout quand après 10 ou 12 ans, on suit des milliers de comptes sans forcément interagir, parfois même sans soupçonner leur existence.

Enfin, accusé de partialité libérale («shadow ban») par Donald Trump, Twitter semble réagir justement avec une nouvelle manoeuvre visant à continuer à épurer le réseau. Pas sûr que cela convainc de nouveau le Président américain.