L’exploration humaine de l’univers n’en est qu’à ses premiers balbutiements et pourtant il en ressort parfois des découvertes incroyables. Alors que de l’eau a été trouvée sur Mercure et sur Mars, c’est au tour du satellite naturel de la Terre d’abriter de la glace tant convoitée. Même si dès 2008 les chercheurs y avaient trouvé de l’eau dans son magma, une nouvelle étape est franchie dans l’objectif de conquête des astronautes. La présence d’eau : le graal pour y séjourner, voire y habiter si elle est exploitable.

Une équipe de scientifiques a en effet confirmé qu’il y avait de la glace en grande quantité sur la Lune et ce, aussi bien au pôle nord, qu’au pôle sud. C’est l’instrument Moon Mineralogy Mapper (M3) de la NASA à bord du satellite indien Chandrayaan-1, lancé en 2008 par l’Institut Indien de Recherche Spatiale, qui a permis d’identifier et récolter des dépôts de glace. Dans un communiqué officiel, la NASA explique : “Le bleu représente les localisations de glace, tracées sur une image de la surface lunaire, où l’échelle de gris correspond à la température de surface (plus sombre, représentant des zones plus froides et des tons plus clairs indiquant des zones plus chaudes). La glace est concentrée dans les endroits les plus sombres et les plus froids, dans l’ombre des cratères.“ Si la NASA suspectait déjà cette présence tandis que d’autres pensaient à de la roche stérile, elle déclare que c’est “la première fois que des scientifiques ont directement observé des preuves définitives”.

découverte glace Lune pôles par la NASA

@NASA

Et si les propriétés de réflexion attendues de la glace ont aidé à la trouver, il faut savoir aussi que ses molécules absorbent la lumière infrarouge. On “peut donc différencier l’eau liquide ou la vapeur et la glace solide” selon la NASA..
D’ailleurs sur la Lune, les températures n’excèdent jamais -250 degrés Fahrenheit. Et les rayons du soleil ne l’atteignent pas partout du fait de la faible inclinaison de l’axe de rotation de la Lune. D’où le fait que la formation de cette glace ne soit pas vraiment une grande surprise.

La NASA compte bien à présent envoyer une nouvelle mission sur place pour jauger de la taille de ces blocs de glaces pour asseoir ses ambitions : habiter un jour la Lune, avec en tête la dernière expédition de décembre 1972 L’objectif serait donc à terme de déterminer si cette eau est exploitable pour l’homme. Expédition toutefois retardée, après que la NASA ait récemment annulé le Resource Prospector, chargé chercher et creuser la glace ainsi que d’autres ressources possibles.

Les objectifs de la NASA sont en effet clairs : “Avec suffisamment de glace à la surface – dans les premiers millimètres – l’eau pourrait être utilisée comme ressource pour les futures expéditions d’exploration et même rester sur la Lune, et potentiellement plus facile d’accès que l’eau détectée sous la surface de la Lune. pprendre davantage sur cette glace, comment elle s’est déroulée et comment elle interagit avec l’environnement lunaire élargi constituera un objectif clé de la mission de la NASA et de ses partenaires commerciaux, alors que nous nous efforcerons de retrouver notre voisin le plus proche, la Lune.”