Le Growth-Driven Design est sans conteste votre meilleur allié si vous souhaitez faire de votre site web une référence de qualité auprès de vos internautes. Pour le maîtriser et en comprendre ses enjeux, voici toutes nos explications à ce sujet ainsi que les pistes à suivre pour le maîtriser.

Une maîtrise technique…

Si vous décidez de vous lancer dans l’optimisation de votre site web, vous devez sans doute songer à une refonte totale de celui-ci. Sachez qu’une restructuration prend du temps, qui plus est si vous êtes une équipe nombreuse, en désaccord sur la stratégie marketing à suivre. Car oui, un site web de ce nom ne doit pas que séduire visuellement les internautes qui y passent, mais aussi Google qui va juger de la pertinence de votre site web grâce à des algorithmes très précis.

Si vous ne connaissez rien concernant la programmation, il est plus que conseillé que de trouver de l’aide en informatique cet été en faisant du e-learning. Ainsi, votre équipe est au complet à la rentrée et prête à affronter la forte concurrence digitale.
Comment devez-vous préparer la refonte de votre site web ?
Nous avons déjà évoqué le visuel : le design des années 2000 est à proscrire ! Mais le plus important est de repenser certains éléments concrets, tels que :

– Une arborescence ordonnée et claire. Notre conseil : il ne faut pas que votre internaute ait à réaliser plus de trois clics pour se déplacer sur votre site web ! Ainsi, ce dernier n’est pas désorienté comme dans un labyrinthe, où la porte d’entrée et de sortie est introuvable. Sinon, celui-ci risque de perdre patience et de quitter votre site rapidement !
– La réalisation d’une stratégie de marketing digital de qualité : quels sont les leviers que vous souhaitez actionner dessus (SEO, storytelling, charte éditoriale, etc.) ?
– La réalisation d’une audit technique de votre site web. Quels sont les points que vous devez améliorer pour que votre site puisse concurrencer les autres, déjà en haut des moteurs de recherche ?

Si vous suivez cette liste non exhaustive des points à améliorer, vous devrez les réaliser une fois que vous êtes sûrs de la démarche à suivre en équipe. Mais est-ce réellement pertinent de réaliser toutes ces modifications d’un coup ? La réponse est non : votre site remontera en haut des moteurs de recherche, pour finalement perdre en visibilité au fil du temps. Au risque de devenir un site fantôme si vous ne le modifiez que tous les deux ans !

… mais pas seulement !

Ne pensez pas que vous devez tout changer d’un coup. C’est le principe même du Growth-Driven Design. La stratégie menée doit vous permettre de gagner du terrain sur le temps, sans pour autant le perdre. C’est d’ailleurs pour cela que la traduction de cette expression est ” le design orienté vers la croissance “.

Faites des projets plus flexibles

Cette croissance de votre design se manifeste par un travail en méthode AGILE. Son but ? Placer le client au cœur du projet pour que votre entreprise avance dans son seul but : se vendre et fidéliser. Cette méthode provient d’un Manifeste qui s’est tenu en 2001 aux États-Unis par des spécialistes, qui ont cerné les erreurs et échecs des entreprises dans les années 70. En découlent quatre points à garder en tête pour faire fonctionner son entreprise :

– L’équipe, qui doit être d’ores et déjà être considérée comme des individus participant au processus et non des outils qui le dessert ;
– L’application, soit le fait d’agir et non pas que de trop se documenter ;
– La collaboration, soit la capacité à comprendre et participer au développement du projet avec son client et non plus qu’à agir de son côté une fois le contrat signé ;
– L’acceptation du changement, l’un des points clés du succès ! Si un événement se présente, la réactivité, l’inventivité sont primordiales.

Le Growth-Driven Design tend à rassembler les points évoqués précédemment et la méthode AGILE sur une période courte (15 jours), afin que le projet se lance et ne traîne plus dans les incertitudes et remises en question.

Comment se lancer dans le Growth-Driven Design ?

Le Growth-Driven Design se déroule très souvent sur un an. D’abord, il est important que les personas soient définies avec exactitude, pour que l’on sache comment vendre ses produits/services au particulier. S’ensuit un audit technique qui analyse la raison de la venue des visiteurs sur le site (hasard, désir, recherche, etc.) et un brainstorming qui analyse tout ce que votre site a bien – ou mal – fait pour attirer l’attention des clients. Voici les critères qui fonctionnent le mieux :

– L’optimisation des contenus : l’internaute n’est pas déçu entre sa recherche et sur le site sur lequel il tombe ;
– Une expérience utilisateur réussie : on parle aussi bien du design que de la navigation avec les call-to-action ou les expériences sur différentes interfaces (mobile, phablette, ordinateur) ;
– L’exploitation des données du client pour une personnalisation des services ;
– L’augmentation des leads grâce à un maillage interne logique, etc.
Une fois cette première étape franchie, vous devez analyser les retombées de vos recherches. Vous découvrirez que les internautes peuvent déjouer vos statistiques. L’important est donc, comme le conseille la méthode AGILE, de rebondir.

N’hésitez pas à faire sur votre site web des tests de ce qui fonctionne le mieux : interactions, publicités, contenus, visuels, etc. Sachez que le web partage un point avec la mode : ça change tout le temps ! L’ouverture d’esprit, la malléabilité de vous et votre équipe sont de points essentiels pour diversifier votre travail et votre capacité à atteindre vos cibles de différentes manières. Si vous avez encore des questions à ce sujet, vous pouvez aller consulter cette vidéo Youtube, avec l’interview de Luke Shimmerfield, l’un des porteurs de ce mouvement.