Karl Hansen, un ex-employé du Gigafactory travaillant dans le service de sécurité intérieure, a porté plainte contre Tesla. Ce dernier aurait déclaré à la Securities and Exchange Commission (SEC) que son ancien employeur dissimulait volontairement un trafic de drogue. Ensuite, il a indiqué que l’entreprise d’Elon Musk procédait également à une surveillance non autorisée des téléphones mobiles de ses employés.

Que sait-on des accusassions de l’ex-employé de la Gigafactory contre Tesla ?

Selon The Next Web, l’ex-employé du Gigafactory affirme que Tesla a été informée en mai dernier, par la DEA et le bureau du shérif local, de soupçons de trafic de drogue au sein du Gigafactory. Un employé serait impliqué dans des activités liées au trafic de drogue pour le compte d’un cartel mexicain d’envergure. Et pour cause, il s’agirait en fait du cartel de Sinaloa, fondé par Joaquin « El Chapo » Guzman … Quoi qu’il en soit, en dépit de son alerte auprès de la direction, aucune mesure de licenciement n’aurait été prise. Par ailleurs, aucune plainte semble avoir été déposée par Tesla. Pourtant tout indique qu’une enquête interne a eu lieu, mais sans publication de conclusions officielles. Stuart Meissner, l’avocat de Karl Hansen, y voit une véritable entrave à la justice…

De plus, il semblerait qu’après le licenciement très médiatisé de Martin Tripp, la direction de Tesla ait pris une décision très controversée. Pour éviter de nouveaux cas de piratage et de diffusion de secrets commerciaux, le système de surveillance aurait été renforcé. Ce qui pose problème à l’ex-employé du Gigafactory c’est qu’il se compose d’un routeur assez spécial. En effet, l’équipement en question permettrait d’espionner les communications téléphoniques, mais aussi d’accéder aux données personnelles contenues dans les smartphones.

Plusieurs enquêtes officielles sont en cours suite à plusieurs plaintes d’ex-employé du Gigafactory. Reste à savoir si cela aura une répercussion sur le projet privatisation de Tesla initié par Elon Musk

Source