Dans un Tweet publié en fin de journée le 7 août, Elon Musk a annoncé qu’il songeait à retirer Tesla des marchés publics. Peu de temps après, la société a publié un article sur son blog reprenant un email explicatif envoyé aux employés.

Ainsi, Elon Musk explique que « tout d’abord, une décision finale n’a pas encore été prise, mais la raison en est de créer l’environnement qui permettra à Tesla de fonctionner au mieux. En tant que société ouverte, nous sommes soumis à des fluctuations sauvages du cours de nos actions, ce qui peut être une distraction majeure pour tous ceux qui travaillent chez Tesla, qui sont tous actionnaires. Le fait d’être public nous soumet également au cycle trimestriel des bénéfices qui exerce une pression énorme sur Tesla pour qu’elle prenne des décisions qui peuvent être justes pour un trimestre donné, mais pas nécessairement pour le long terme. Enfin, en tant qu’action la plus courte de l’histoire du marché boursier, le fait d’être publique signifie qu’un grand nombre de personnes sont incitées à s’attaquer à l’entreprise. »

En effet, le cours de la bourse et ses fluctuations impitoyables ont poussé Elon Musk à prendre parfois des décisions drastiques. Pour être rentable et satisfaire les investisseurs, 9% des effectifs ont été licencié au mois de juin. De plus, beaucoup d’articles annonçaient une faillite pour Tesla, ou que la société dépensait beaucoup trop d’argent qu’elle n’en gagnait.

« Je crois fondamentalement que nous sommes à notre meilleur quand tout le monde se concentre sur l’exécution, quand nous pouvons rester concentrés sur notre mission à long terme, et quand il n’y a pas d’incitations perverses pour que les gens essaient de nuire à ce que nous essayons tous de réaliser, » poursuit l’entrepreneur dans son email.

Signe fort envoyé aux marchés financiers, le tweet d’Elon Musk n’a pas pour autant fait chuter le cours de son action. Bien au contraire ! L’action a progressé d’un peu plus de 10% et culmine à présent à 379$. Ce pic s’explique par le fait que le magna veut proposer à ses investisseurs une part à 420$, bien plus la valeur actuelle de l’action.

Enfin, une rumeur a été rapidement éteinte par le sud-africain qui précise que « l’intention n’est pas de fusionner SpaceX et Tesla. Elles continueraient d’avoir des structures de propriété et de gouvernance distinctes. Cependant, la structure envisagée pour Tesla est similaire à bien des égards à la structure de SpaceX : les actionnaires externes et les actionnaires salariés ont la possibilité de vendre ou d’acheter environ tous les six mois. »

Les intentions de passer Tesla en société privée sont donc bien avérées, et ne seraient pas là pour créer un effet d’annonce en bourse. Avec des facteurs de pression en moins, on peut espérer voir la société avancer sereinement vers sa production.