Le PDG de Virgin Galactic, Richard Branson suggère que l’entreprise pourrait proposer ses vols touristiques dans l’espace d’ici la fin de l’année en cours. Un projet qui paraît difficile à croire.

Dans une interview accordée à Bloomberg le 25 juillet, le fondateur de Virgin Group indique qu’il est prêt à croire que son projet de vol spatial sera prêt en 2018. De fait, il indique : « Avant la fin de l’année, j’espère être assis dans un vaisseau spatial Virgin Galactic, allant dans l’espace ». S’il est ambitieux, il fait tout de même allusion à des difficultés qu’a pu connaître l’entreprise dans le passé : « L’espace est difficile, c’est la science de la fusée ».

En 2014, un des vaisseaux de Virgin Galactic s’était détruit en vol à cause d’une erreur de pilotage. Suite à l’accident, l’un des deux pilotes est décédé tandis que l’autre a été grièvement blessé. Par la suite, les tests ont repris et les récents essais du mois de mai se sont avérés concluants. Plus tôt dans le mois, l’entreprise a également annoncé un partenariat avec deux sociétés italiennes qui devraient lui permettre d’installer un spatioport dans l’aéroport de Taranto-Grottaglie.

Néanmoins, cela ne signifie pas que la prédiction ambitieuse de Brandson se réalisera avant la fin de l’année. En 2007, l’entrepreneur indiquait déjà que les premiers vols pourraient avoir lieu dans les 18 mois à venir, une limite de temps qui n’a bien sûr pas pu être respectée.

À ce jour, environ 650 clients sont sur la liste d’attente des vols spatiaux que proposera Virgin Galactic. Concernant le processus des vols suborbitaux, il est prévu que deux pilotes et six passagers prennent place à bord d’un vaisseau qui sera largué à 15 000 mètres d’altitude. L’appareil prendra ensuite la relève et permettra à ses passagers de profiter de l’apesanteur pendant quelques minutes. Une fois le vol terminé, le vaisseau atterrira dans l’un des deux spatioports (Nouveau-Mexique ou Taranto-Grottaglie) prévus à cet effet.