L’entreprise Hyperloop Transportation Technologies (HyperloopTT) a révélé qu’elle avait signé un accord avec la Chine.

Dans un communiqué, la société américaine HyperloopTT a annoncé qu’elle venait de signer un accord avec la Chine, qui donnera suite à la construction d’une première piste dans la ville de Tongren, elle-même située dans la province de Guizhou au sud-ouest du pays. Pour rappel, ce lieu ne se situe pas loin de Guiyang, une zone de développement technologique créé il y a 18 ans pour attirer des entreprises issues du secteur de la technologie dans la région. Depuis sa mise en place, la stratégie semble avoir fonctionné puisqu’elle a séduit Tencent, Alibaba, mais aussi les américains Microsoft et Qualcomm.

Si l’on sait que l’itinéraire couvrira une dizaine de kilomètres, le communiqué ne précise pas si la piste reliera deux zones précises ou non. Néanmoins, la courte distance laisse entendre que le train du futur n’atteindra pas la vitesse escomptée sur une si courte distance. Pour rappel, la vitesse du moyen de transport est fixée à plus de 1 000 kilomètres par heure, un objectif encore en cours.

Compte tenu du fait que la Chine ne permet que très rarement aux entreprises étrangères d’agir sans avoir de connexions avec le pays, HyperloopTT a indiqué qu’elle opérerait en tant qu’entité nationale. Comme le précise Engadget, l’entreprise sera responsable « de la fourniture de la technologie, de l'ingénierie et de l'équipement de base ». Pour sa part, la ville de Tongren assurera la réglementation du tube, l’élaboration de plusieurs directives ainsi que la construction de l’appareil. Quant au financement, il sera divisé à parts égales entre HyperloopTT et la ville chinoise.

Pour rappel, la compagnie travaille également à la construction de ses premières infrastructures dans la ville de Toulouse. Une piste d’essai d’un kilomètre verra le jour avant que de premiers tests puissent avoir lieu.