D’après Reed Hastings, le PDG de Netflix, la neutralité du net n’est pas menacée par le retrait de la réglementation américaine de 2015. Selon lui, les fournisseurs d’accès Internet continueront à répondre positivement aux attentes des consommateurs, sans tenter de privilégier leurs propres contenus.

Lors d’une conférence vidéo autour de la performance financière de Netflix au cours du deuxième trimestre, Hastings a affirmé : « Dans le monde entier, les consommateurs ont des attentes, et les fournisseurs d’accès Internet les livrent ». Pourtant, cette perspective pourrait changer pour les startups spécialisées en streaming vidéo aux USA. En effet, si depuis 2015, la loi sur la neutralité du net permettait de limiter les dérives liées à l’attribution de flux de données, la Federal Communications Commission (FCC) en a décidé autrement.

En supprimant le principe de neutralité du net selon lequel les FAI ne pouvaient pas ralentir le trafic, ou d’offrir des accès plus rapides aux entreprises, qui payent plus, le gouvernement américain a lancé un pavé dans la mare. D’ailleurs, il y a fort à parier que les fournisseurs de services de connectivité comme AT&T, Verizon, ou encore Comcast, vont en profiter pour donner la priorité à leur propre contenu. La conséquence directe ne sera certainement pas ressentie chez Netflix, mais qu’en sera-t-il chez les acteurs de moindre envergure, qui tentent de se faire une place sur le marché de la vidéo en ligne ?

Néanmoins, après l’annonce des derniers résultats trimestriels, l’action de Netflix a chuté en bourse en raison d’un nombre d’abonnés moins conséquent que prévu. De fait, ce nouveau changement autour de la neutralité du net pourrait dans les mois à venir, s’avérer moins minime que ce qui a été annoncé…

Source.