Amazon Prime Day : plusieurs mouvements de grève en Europe

Amazon Prime Day : plusieurs mouvements de grève en Europe

Les conditions de travail pointées du doigt

Alors que le Prime Day bat son plein, plusieurs mouvements de grève en Europe tentent de dénoncer la pénibilité des conditions de travail.

Durant le Prime Day qui se tient du mardi 16 au mercredi 17 juillet, Amazon propose une offre spéciale durant laquelle les internautes peuvent profiter de nombreux articles en promotion. Si la firme est connue pour ses ventes exceptionnelles lors du Black Friday, le Prime Day se popularise si bien qu’il séduit de plus en plus d’utilisateurs. Néanmoins, cela n’a pas empêché plusieurs mouvements de grève visant à dénoncer les conditions de travail au sein du groupe américain.

Dans un message, le syndicat allemand Verdi explique de façon limpide : « Jusqu’à minuit, les prix vont baisser et les profits vont augmenter, les employés d’Amazon quitteront donc leur poste et manifesteront pour obtenir une convention collective afin de protéger leur santé ». Lorsqu’il mentionne la santé, Verdi évoque en vrac des « tâches répétitives », des « maux physiques » ou encore « la position debout prolongée ». Outre l’Allemagne, la Pologne sera également touchée par des mouvements de grève. Des employés d’un centre Amazon situé près de Madrid seraient 80% à s’être mis en grève hier, lundi 16 juillet. Le syndicat espagnol CCOO indique que les manifestations devraient continuer ce jour ainsi que mercredi 18 juillet. Néanmoins, les chiffres concernant le nombre de grévistes total n’ont pas été rendus publics.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois qu’Amazon est visé par des grèves dénonçant les conditions de travail des employés. Dans une enquête datant de 2016, la BBC s’était infiltrée dans le quotidien des livreurs par le biais d’un de ses reporters. Ces derniers rouleraient près de 11 heures à la suite, sans avoir le temps de faire de réelles pauses puisque les délais devaient absolument être maintenus. Si la firme arguait du fait qu’elle payait ses employés entre 8,5 euros et 11 euros de l’heure, l’enquête laissait entendre que les chiffres réels étaient plus proches de 3 à 5,7 euros de l’heure.

Source.

Send this to a friend