Intelligence artificielle : révolution pour le secteur de la santé ?
Tribunes

Intelligence artificielle : révolution pour le secteur de la santé ?

Par Sébastien Verger, Chief Technology Officer Dell EMC France et Frederik Brabant, vice-président des opérations internationales de la division santé de Nuance Communications

Technologie d’avenir qui entend transformer nos modèles, l’intelligence artificielle (IA) est aujourd’hui devenue l’affaire de tous. Emmanuel Macron a d’ailleurs présenté en mars dernier un plan financé à hauteur de 1,5 milliards d’euros, inscrivant une série de mesures pour faire de la France une nation pionnière. Parmi les promesses de l’IA, le secteur de la santé est un de ceux qui a le plus à bénéficier de cette révolution technologique. Qu’il s’agisse du métier des professionnels de santé, de leur manière d’interagir les uns avec les autres, avec les patients, ou même des soins donnés aux patients, tout le secteur de la santé s’accorde pour dire que l’IA a toutes les chances de bouleverser la médecine telle qu’on l’entend aujourd’hui. Si les promesses sont grandes, tout reste à faire.

Intelligence artificielle : levier vers une médecine prédictive et personnalisée

C’est un fait, les coûts de santé peuvent être très élevés. Qu’il s’agisse des coûts finaux pour le patient, mais également des coûts fonctionnels et infrastructurels à la charge des établissements de santé. Pour rendre les soins plus accessibles aux patients, les centres de R&D travaillent en amont, avec des outils et des technologies de plus en plus précis et développés dans le but de réduire les coûts d’analyses. Grâce aux nouvelles puissances de calculs et aux algorithmes permis par l’IA, les professionnels de santé entrevoient la possibilité de s’orienter vers plus de prévention et de personnalisation, en offrant un meilleur accompagnement au patient et en dotant le personnel soignant d’un nouveau support. L’objectif étant sur le long terme, le développement d’applications technologiques afin de proposer des traitements personnalisés, et de travailler dans l’anticipation plus que dans la curation, tout en réduisant la facture globale.

Une évolution technologique nécessaire de la médecine

Avant d’aborder la question du changement, il convient d’améliorer les systèmes informatiques actuels et les développer afin qu’ils aient les capacités de stockage, de traitement et d’analyse de données nécessaires au développement de la médecine dite de précision. En termes d’amélioration, il parait aujourd’hui indispensable de fluidifier les processus de documentation médicale, pour plus d’efficacité.

En réponse à cet objectif, l’IA peut prendre la forme d’un assistant médical virtuel. Grâce aux technologies de « Natural Language Understanding », le praticien est épaulé dans ses recherches pour l’établissement d’un diagnostic, et surtout dans l’apprentissage afin de mieux cerner les spécificités des patients, pour toujours plus de personnalisation dans les soins. L’intelligence de l’assistant, basée sur le machine learning depuis les échanges vocaux entre patients et médecins permettrait à long terme d’automatiser la recherche et l’analyse médicale pour permettre au médecin de se concentrer sur le conseil, le traitement et l’accompagnement.

L’IA peut également être mise au service des traitements, analyses et recherches en génomique. Il y a encore peu de temps, la réalisation du séquençage d’un génome prenait environ une semaine, impliquant un délai trop long dans la remise des résultats aux patients. Aujourd’hui, avec l’utilisation de l’IA, il est possible de séquencer un génome en 11h et de fournir les résultats aux patients dans un délai de 25 h.
Les principaux enjeux dans la médecine de demain relèvent donc des données et de leur traitement rapide et fiable. L’intelligence artificielle entre en jeu, et apparait comme indispensable, maintenant que les capacités de traitement et de calculs sont suffisamment performantes et dépassent les capacités humaines. Les algorithmes intelligents apporteront au praticien une véritable aide au diagnostic et un gain de temps important et lui permettra une médecine prédictive et personnalisable.

Quelles attentes dans un avenir proche ?

Grâce aux différents partenariats liants les grands groupes industriels spécialisés dans le secteur de la santé, les centres de R&D seront eux aussi amenés à évoluer, permettant ainsi de passer de délais de développement de solutions techniques parfois longs, à un temps réel acceptable dans le parcours de soin. Appliquées au soin quotidien, les avancées technologiques permettant de passer de la recherche au traitement plus rapidement pourront également mener à une transformation des cabinets médicaux en redéfinissant le rôle de médecin. Il évoluera davantage vers des fonctions de prévention plus que de soin et pourrait alors être amené à devenir un  » coach de santé « .

L’intelligence artificielle, associée aux objets connectés et à nos données personnelles, ouvre également la voie à une nouvelle médecine qui sera prédictive et personnalisable. Il sera dès lors possible d’apprendre soi-même, en lien avec les professionnels de santé, à prévenir ou détecter la maladie plus rapidement, et à agir en conséquence. Cette médecine sur mesure et cette surveillance constante de l’état de santé pourront permettre de vivre mieux et plus longtemps.

Il ne faut néanmoins pas négliger les dangers inhérents à ces technologies et avoir conscience des risques encourus. En effet, en dehors des problèmes liés à la sécurité ou à l’anonymisation des données, la question de la confiance en la machine demeure un sujet encore plus controversé qu’il convient d’aborder avec prudence afin de travailler conjointement avec l’IA et non de manière séparée.

Send this to a friend