Le 26 juin, Facebook a annoncé dans un article de blog, l’abandon de la création de drone en interne pour connecter le monde à Internet. L’entreprise explique : « nous n’allons plus créer et construire notre propre drone et par conséquent, nous fermons notre usine à Bridgewater. » Une fermeture d’usine qui a pour conséquence immédiate le licenciement de 16 employés.

Le projet nommé Aquila a été lancé il y a quatre ans par Facebook. L’idée étant de déployer des drones partout dans le ciel qui pourraient voler assez longtemps et ainsi fournir une connexion aux 4 milliards de personnes n’ayant pas accès à Internet. En 2016, le drone a effectué son premier vol, très médiatisé, mais qui a surtout causé de graves dommages à l’appareil lors de l’atterrissage.

Un projet ambitieux pour lequel Facebook n’a pas les ressources internes pour le poursuivre dans la bonne direction. Plus tôt dans l’année, le chef du projet Aquila et son ingénieur en chef, constatait que le projet stagnait.
L’entreprise se dit cependant « ravie d’avoir vu des entreprises leaders dans l’industrie aérospatiale s’investir dans cette technologie – y compris la conception et la construction d’aéronefs à haute altitude » et affirme qu’elle continuera à travailler avec ses partenaires comme Airbus.  Facebook va ainsi se concentrer sur les technologies permettant cette connectivité à grande échelle, comme le Wifi Express.

L’entreprise de Mark Zuckerberg explique que « même si notre focus concernant la connectivité HAPS a changé, nous restons aussi engagés pour répondre aux trois obstacles à la connectivité à savoir la disponibilité, l’accessibilité et la conscience. »

Avec les efforts mis en place depuis 4 ans, Facebook a déjà réussi à connecter « plus de 100 millions de personnes. »