Cette belle innovation, portée par l’Institut de Recherche Technologique (IRT), pourrait améliorer le covoiturage à Lyon. L’objectif premier de cette démarche liée à l’intermodalité urbaine est de fluidifier le trafic sur l’A6/A7 en s’appuyant sur la blockchain.

Bonne nouvelle pour les usagers de la route, qui doivent faire face à de nombreux ralentissements : ce nouveau service, qui permettra d’améliorer le covoiturage à Lyon, sera expérimenté dès cet été. Il s’appuie sur la puissance de la blockchain pour mutualiser les trajets proposés par les différentes plateformes de covoiturage disponibles sur la Métropole de Lyon.

De quelle manière la blockchain pourrait-elle améliorer le covoiturage à Lyon  ? S’il s’agit bien d’une innovation en France,  des démarches similaires existent déjà aux États-Unis. C’est le cas, par exemple, au sein de la Silicon Valley.  Sur certaines portions de l’autoroute A6/A7, une signalisation dynamique sera mise en place afin de réserver l’accès à la voie de gauche aux véhicules qui font du covoiturage ainsi qu’à ceux qui transportent plusieurs personnes. Ainsi, les autorités espèrent voir le taux de remplissage actuel (entre 1,1 et 1,2 personne seulement par véhicule) augmenter considérablement. Les usagers seront les premiers bénéficiaires, puisqu’en plus de gagner du temps quotidiennement durant leurs trajets, ils pourront profiter d’une large offre de service de covoiturage.

Pour financer la mise en place d’une telle innovation, l’IRT et la Métropole lyonnaise ont signé un contrat de partenariat pour une durée de 5 ans. Celui-ci inclut tous les éléments nécessaires à la mise en place d’une démarche de co-construction, d’un cofinancement public-privé, de la colocalisation des ressources et de la copropriété des résultats produits. Après avoir révolutionné l’univers des cryptomonnaies (Bitcoin) et de la joaillerie (TrustChain), la blockchain pourrait améliorer le covoiturage à Lyon  !

Source.