Fait boursier notable pour mériter de s’attarder sur le sujet. La société Netflix, production et le service de streaming, a récemment vu sa valorisation boursière surpasser un acteur historique et dans la tête de tous les enfants : Disney. Et plus particulièrement la partie Studios de la firme aux multiples activités.

153 milliards de dollars, soit environ 130 milliards d’euros, c’est le montant de la valorisation de Netflix qui s’est lancé sur ce marché du streaming en 2007 (après la location de DVD par correspondance). La valorisation de Netflix avait donc dépassé celle de Disney (société centenaire). Cependant les valeurs ont évolué depuis l’annonce. Netflix affiche une action à 349 dollars, mais sa valorisation se trouve désormais en dessous de la valorisation de Disney. Chacune des sociétés atteignant respectivement 151 milliards et 152 milliards de dollars. Si elles sont aux coude à coude. Les investisseurs de Netflix se frottent les mains. Rappelons qu’à son introduction en bourse, l’action Netflix avait été mise sur le marché à 15 dollars…

La production américaine se porte donc très bien. L’acteur historique a su se renouveler ces dix dernières années en rachetant des licences mettant sa bibliothèque vieillissante à jour avec le rachat de Marvel Studios ou encore de LucasFilm (Star Wars). Tandis que Netflix a su s’imposer comme un nouveau modèle de consommation de films et séries en Occident. Plus connu pour son produit de streaming, Netflix produit depuis quelques années des films et séries qui ont connu des succès comme Stranger Things ou Narcos. Mais si la société obtient l’approbation de ses utilisateurs, il ne faut pas oublier qu’elle traîne une dette de 20 milliards de dollars. Sa valorisation est une chose, mais cela reste de la consommation à crédit pour ses abonnés, tout comme le sont les utilisateurs d’Uber. Ces sociétés séduisent les marchés boursiers et les consommateurs, mais peinent à trouver un modèle rentable.

Dans l’un de ses Tweets engagés, Laurent Alexandre rappelle (à nouveau) l’échec de la France sur le marché cinématographique. Seul point de comparaison à Netflix, Studio Canal (filiale du groupe Canal+) dont la valorisation boursière atteint 1 milliard d’euros (un peu plus d’un milliard de dollars). Loin derrière Netflix…

Sources : Les Échos / Wikipédia / Boursorama.