Réseaux Sociaux

Mark Zuckerberg sera auditionné par les députés européens

Le PDG de Facebook sera également reçu à l'Elysée par Emmanuel Macron

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, se rendra en personne au Parlement européen pour répondre aux questions des députés, après le scandale Cambridge Analytica. Il sera également reçu, en compagnie d’autres dirigeants d’entreprises numérique, le 23 mai à l’Elysée par Emmanuel Macron.

Le Parlement européen avait longuement insisté pour que Mark Zuckerberg vienne s’expliquer. Après une longue hésitation, le PDG et Fondateur de Facebook a finalement accepté. Antonio Tajani, président du Parlement européen, l’a annoncé sur son compte twitter, « Je me félicite de la décision de Mark Zuckerberg de se présenter en personne devant les représentants de 500 millions d’Européens. C’est un pas dans la bonne direction pour rétablir la confiance. »

Le patron de Facebook est attendu à Bruxelles dans les prochains jours. Le timing est parfait. La rencontre devrait avoir lieu juste avant l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui encadrera la protection des données personnelles en Europe. Contacté par l’AFP, Facebook a indiqué que cette rencontre serait l’occasion de « dialoguer, écouter leurs points de vue et de montrer les mesures » prises par le géant d’internet « pour mieux protéger la vie privée des gens ».

Selon Politico, contrairement à ce que beaucoup de parlementaires espéraient, l’audition devrait se faire à huis clos devant les présidents des différents groupes européens. Le public, comme la presse seront interdits. Certains députés, comme Guy Verhostadt président de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, ont d’ores et déjà annoncé qu’ils boycotteraient la rencontre.

Ce n’est pas la première fois que Mark Zuckerberg fera face à ce genre d’exercice. Devant l’ampleur du scandale Cambridge Analytica, il n’avait eu d’autres choix que d’accepter de témoigner en public pendant près de 10 heures devant le congrès américain. Le patron du réseau a toutefois toujours refusé de se rendre devant le parlement britannique. Le directeur technique de la société, Mike Schroepfer, s’y était finalement rendu.

Send this to a friend