Un entrepreneur puni de 15 mois de prison pour avoir voulu vendre des licences Windows
Technologie

Un entrepreneur puni de 15 mois de prison pour avoir voulu vendre des licences Windows

Et 50 000 euros d'amende

L’entrepreneur Eric Lundgren, connu pour sa société de recyclage de matériel informatique, vient d’être puni de 15 mois de prison et de 50 000 dollars d’amende. Il a été jugé coupable pour avoir tenté de recycler des licences Windows et Dell.

À l’origine, Eric Lundgren est réputé pour sa volonté de recycler des dispositifs issus de l’informatique, dans des quantités pouvant parfois aller jusqu’à 18 000 tonnes de déchets par an. Fondateur de IT Asset Partners ou ITAP, l’entrepreneur de 33 ans vivait en Chine, tout en faisant beaucoup de voyages à l’étranger afin de sensibiliser au recyclage du matériel informatique.

Après que l’un de ses partenaires lui ait vendu une licence de réinstallation Windows pour 5 dollars, l’idée de recycler ces fameux disques lui est venue. De fait, il souhaitait vendre la licence 0,25 dollar à des entreprises informatiques américaines. Selon lui, ce système aurait pu permettre de recycler les licences facilement sans que les clients aient à dépenser beaucoup d’argent ou à avoir des compétences informatiques particulières.

D’habitude, ces fameuses licences semblent être gratuites puisqu’elles sont fournies avec un ordinateur lors de l’achat. Néanmoins, cela ne signifie pas pour autant qu’il est possible de les vendre à qui l’on veut. Ainsi, la justice a fait valoir que les utilisateurs sont normalement invités à à rentrer la clef de la licence, ce qui prouve que celle-ci a été achetée. Dans le cas des disques de Lundgren, ceux-ci contenaient bien la licence en question, mais étaient restaurés, se transformant donc, par définition, en contrefaçon. Au total, 28 000 de ces copies de Windows et Dell ont été retrouvées en 2013.

Par la suite, l’entrepreneur a plaidé coupable, mentionnant que le logiciel initial lui semblait gratuit. Ainsi, il a été jugé coupable et puni de 15 mois d’emprisonnement ainsi qu’une amende de 50 000 dollars pour complot et violation de droit d’auteur.

Pour sa part, Microsoft a attesté de la gravité des faits en indiquant qu’il s’agissait de protéger les utilisateurs des logiciels potentiellement malveillants.

Source.

Send this to a friend