Dans les jungles urbaines où vivent de nombreuses personnes, le béton tient une place très importante. Des bâtiments administratifs aux trottoirs, en passant par les habitations et les voies de circulation, ce mélange composé seulement d’eau et de ciment a longtemps été le matériau de prédilection des bâtisseurs. Néanmoins, même lorsqu’il est armé, le béton demeure moins solide que l’acier brut et moins flexible que le bois. Heureusement, une découverte issue de l’Université d’Exeter pourrait changer la donne  !

Après un long travail de recherche, des chercheurs ont réussi à créer une nouvelle technique de production de béton renforcé à l’aide de graphène. Peut être l’ignorez-vous, mais ce matériau bidimensionnel cristallin est une forme allotropique du carbone. Alors qu’il a été théorisé en 1947, le graphène n’a été synthétisé qu’en 2004, par Andre Geim, et cela lui a valu de remporter le prix Nobel de physique en 2010. Il y a quelques jours, la revue Advanced Function Materials a publié une étude où l’on apprend, que ce nouveau matériau composite baptisé GraphCrete, est non seulement plus résistant à l’eau que le béton conventionnel, mais qu’il dispose aussi d’une exceptionnelle durée de vie qui le rend plus respectueux de l’environnement. Dans certaines zones d’habitation, particulièrement sujettes aux inondations, une résistance à l’eau quatre fois supérieure à la normale pourrait améliorer la durabilité de très nombreux aménagements urbains.

Monica Craciun, professeur de nanoscience à l’Université d’Exeter et coauteur de l’étude, a confié à Digital Trends des informations supplémentaires concernant les travaux qui ont été menés sous sa supervision. Parmi les plus importantes, elle indique par exemple que l’utilisation de GraphCrete  pourrait «  contribuer à une réduction significative des émissions de carbone grâce à une résistance et une durabilité améliorées  ». Lorsque l’on connaît l’intérêt des pays du G20 pour réduire considérablement les émissions de CO2, on comprend aisément pourquoi et comment une telle innovation pourrait révolutionner le domaine du BTP. 

Source.