Réseaux Sociaux

16 ans, le nouvel âge légal pour utiliser l’application WhatsApp en Europe

Une nouvelle condition facile à contourner

Vous le savez, l’entrée en vigueur de la RGPD arrive à grands pas. Alors que Facebook appliquera la nouvelle réglementation à sa manière, il semblerait que l’entreprise fasse attention au nouveau règlement. En effet, Instagram via de lancer la fonctionnalité « Data Download » permettant aux utilisateurs de télécharger une copie de l’ensemble des données qu’elle a pu collecter sur vous depuis la création de votre compte. L’application WhatsApp n’est pas laissée de côté !

Dans la FAQ de l’application, il est dorénavant noté que l’âge minimum pour utiliser la plateforme de messagerie dans la région européenne est 16 ans. Cette nouveauté inclut également les pays hors Union européenne, à l’exemple de la Suisse et du Royaume-Uni. A contrario, aux États-Unis, l’âge minimum d’utilisation reste 13 ans. Ce minimum légal introduit par la RGPD a pour objectif d’informer les adolescents afin qu’ils consentent à ce que leurs données soient utilisées. Malgré cela, la limite d’âge ne varie en fonction des limites fixées dans les lois de chaque pays. Mais l’application est consciente que les utilisateurs âgés de moins de 16 ans trouveront un moyen de contourner la limite d’âge.

Pour être sûr de l’âge de ses utilisateurs, WhatsApp pourrait par exemple corréler les données de l’application de messagerie avec celles de Facebook afin de vérifier qu’un adolescent est réellement 16 ans, mais rien de tout ça ne semble être au programme.

L’approche de WhatsApp est donc différente de celle choisie par Facebook. En effet, sur Facebook les utilisateurs ayant entre 13 et 15 ans devront obtenir une autorisation parentale pour être ciblés par des publicités ou tout simplement partager des informations sensibles sur Facebook. Bien que l’idée parte d’un bon sentiment, elle semble également très facilement contournable car un mail est envoyé à une personne pour donner son consentement afin que l’enfant partage ses données. Or, comme l’enfant choisi l’adresse mail, il peut très bien renseigner celle d’un ami ou en créer une spécialement pour effectuer la validation…

Source.

Send this to a friend