L’acteur américain Jordan Peele s’est essayé à la création de fake news avec l’aide d’une intelligence artificielle. Dans le cadre d’une collaboration avec BuzzFeed, ils ont réalisé une vidéo dans laquelle Barack Obama parle de Black Panther et insulte Donald Trump au passage. L’ancien président des États-Unis avait déjà été le sujet d’un projet d’étude pour la création de fausse vidéo.

Plusieurs techniques de production classiques ont été employées. Des applications comme Adobe After Effects, mais également un outil de face-swapping appelé FakeApp. Cette même application est tristement célèbre pour avoir permis de remplacer le visage d’actrices porno’ par celui de célébrités. Face à la dangerosité de cette pratique, Pornhub avait rapidement interdit ces contenus. Aujourd’hui, loin de la pornographie, cette vidéo de Barack Obama nous rappelle à quel point les fake news ont de l’avenir.

S’il est annoncé d’entrée de jeu que cette vidéo est fausse, on peut prendre l’insulte envers Donal Trump à la légère. Mais qu’en serait-il si des personnes en Asie réalisaient des vidéos dans lesquelles le dictateur nord-coréen déclarait la guerre et l’invasion de la Corée du Sud, ou que Vladimir Poutine effectuait un coming out ?

Au-delà de la partie vidéo, c’est également la couche audio qui pourrait créer un nouveau danger. On pourrait facilement élaborer de toutes pièces de faux enregistrements, ou de faux témoignages. Google a récemment développé une IA capable d’isoler une voix dans une foule. Très pratique dans certains cas, mais associée avec un autre service, le résultat se rapprocherait de la réalité. Il existe par exemple Eerie Tech, un algorithme qui peut recréer une voix à partir d’une minute d’échantillon.

Dans un contexte électoral ou géopolitique, des faux contenus vont certainement jouer un rôle important, il sera stratégique de luter contre leur prolifération, de la même manière qu’il faudra luter contre les hoax. Un projet de loi va dans ce sens en France, pour également se protéger des organes d’influence (russes principalement).