Un reportage diffusé sur une chaîne américaine il y a quelques mois révélait que le réseau social Facebook espionnait les discussions téléphoniques de ses utilisateurs à des fins commerciales. Auditionné par le Sénat américain cette nuit pendant plus de cinq heures, Mark Zuckerberg a nié l’utilisation d’une telle pratique.

Le sénateur démocrate Gary Peters avait vraisemblablement eu écho de cette rumeur, puisque c’est lui qui a questionné le patron de Facebook à ce sujet. “Permettez moi d’être clair sur le sujet. Vous êtes en train de parler d’une théorie conspirationniste qui laissait penser que nous écoutions ce que vous disiez à votre téléphone. Nous ne faisons pas ça” s’est -une nouvelle fois- défendu l’ancien étudiant d’Harvard.

Le multi-milliardaire a ajouté que le seul moment où Facebook avait accès à des données audios, c’est lorsque ses utilisateurs partageaient des vidéos sur la plateforme. Il a tenu à préciser que celles-ci n’étaient néanmoins pas utilisées à des fins publicitaires.

En plein scandale Cambridge Analytica, le CEO de Facebook tente tant bien que mal de défendre la protection des données des utilisateurs par Facebook. Sa volonté de transparence est telle que le réseau social a mis en place un moyen pour les internautes de savoir, ou non, s’ils font partie des millions de personnes dont les données ont été volées.

Source