Facebook suspend AggregateIQ, une entreprise étroitement liée à la société mère de Cambridge Analytica
Réseaux Sociaux

Facebook suspend AggregateIQ, une entreprise étroitement liée à la société mère de Cambridge Analytica

Une entreprise de plus et ça ne fait que commencer ...

Le scandale Cambridge Analytica s’amplifie. AggregateIQ (AIQ), une entreprise canadienne « de publicité numérique, développement web et de développement de logiciels » a été suspendue vendredi dernier par Facebook. Le réseau social a pris cette décision, car cette dernière serait étroitement liée avec SCL, la maison-mère de Cambridge Analytica.

Christopher Wylie, ancien employé de Cambridge Analytica qui s’est déjà beaucoup exprimé sur l’affaire, a expliqué à The Guardian avoir aidé à la création de l’entreprise.

Sur le site de l’entreprise, il est écrit « AggregateIQ n’a jamais été et ne fait pas partie de Cambridge Analytica ou SCL. AggregateIQ n’a jamais conclu de contrat avec Cambridge Analtyica. Chris’ Wylie n’a jamais été employé par AggregateIQ. AggregateIQ travaille en totale conformité avec toutes les exigences légales et réglementaires dans toutes les juridictions où elle opère. Il n’a jamais sciemment été impliqué dans une activité illégale. AggregateIQ n’a jamais géré et n’a jamais eu accès à aucune donnée ou base de données Facebook prétendument mal obtenue par Cambridge Analytica. » Le reportage du Guardian rend ces belles paroles difficiles à croire.

En effet, un membre fondateur apparaissait sur le site web de Cambridge Analytica parce qu’il travaillait chez SCL Canada. De plus, jusqu’en 2016 le seul client d’AggregateIQ était Cambridge Analytica et jusqu’à la semaine dernière, le site internet de l’entreprise affichait très fièrement une citation du directeur de la campagne « Vote Leave » (en faveur du Brexit) disant « nous n’aurions pas pu le faire sans eux ».

Le réseau social s’exprime dans National Observer et explique « les rapports récents selon lesquels AggregateIQ pourrait être affiliée à SCL et pourrait, par conséquent avoir incorrectement reçu des données d’utilisateur (Facebook), nous les avons ajoutés à la liste des entreprises que nous avons suspendues pendant notre enquête. »

Espérons que lors de son passage devant le Congrès cette semaine, Mark Zuckerberg puisse donner de réelles explications à tous ces faits et non pas seulement des excuses.

Send this to a friend