Scène d’horreur ce mardi après-midi au siège de YouTube, à San Bruno, au sud de San Francisco. Une femme se serait introduite dans la cour intérieure du bâtiment, à l’endroit où les salariés se retrouvent pour manger, à l’heure du déjeuner, et aurait ouvert le feu.

Selon un porte-parole de l’Hôpital général de San Francisco, trois personnes auraient été blessées par balles. Un homme de 36 ans serait dans un état critique tandis qu’une femme de 32 ans dans un état grave et une femme de 27 ans, en état stationnaire. Une quatrième personne se serait quant à elle blessée à la cheville.

La police locale précise que l’auteure de la fusillade a été retrouvée morte sur place. Elle se serait suicidée. Toujours selon la police, la suspecte connaissait au moins une des victimes. La piste de la dispute conjugale serait d’ailleurs privilégiée par les enquêteurs. Un témoin indirect de la scène a indiqué sur CNN que la femme en question “semblait tirer sur une personne en particulier”.

Des tweets de Sundar Pichai et Donald Trump

Une employée de Youtube, Dianna Arnspiger a déclaré avoir vu “une femme portant des lunettes et armée d’un fusil de gros calibre”. D’autres salariés de la firme de streaming vidéo ont raconté directement sur Twitter leurs témoignages.

La police est rapidement intervenue sur les lieux, après avoir reçu de nombreux appels au numéro d’urgence 911, à 12h46, heure locale. Une quinzaine de minutes plus tard, elle commençait à évacuer les premiers employés, dans une ambiance chaotique relayée par les chaînes américaines.

Le CEO de Google, propriétaire de Youtube, Sundar Pichai a adressé dans l’après-midi un message aux employés en assurant notamment travailler en étroite collaboration avec les autorités.

Le Président américain Donald Trump s’est également fendu d’un tweet en adressant “ses pensées et prières à toutes les personnes impliquées. « Merci à nos phénoménaux officiers des forces de l’ordre et aux secouristes qui sont actuellement sur place », a-t-il ajouté.

Cet événement tragique fait suite à une impressionnante manifestation à Washington, le samedi 24 mars dernier, contre les armes à feu. Des centaines de milliers de personnes s’étaient réunis quelques semaines après la tuerie de Parkland, en Floride, qui avait fait 17 morts.