Lors d’un colloque organisé au Collège de France à Paris, le président français a dévoilé hier son projet visant à faire de la France l’une des références en matière d’Intelligence Artificielle (IA). Appuyé par les propositions du député et mathématicien Cédric Villani, Emmanuel Macron a annoncé qu’un budget d’1,5 milliards d’euros (dont 400 millions d’euros d’appels à projets) serait alloué sur l’ensemble de son mandat. « Nous avons les talents, nous avons tout pour relever le défi de l’IA » a-t-il lancé.

Au programme de ce plan : la constitution d’un hub de recherche national, l’implantation de grands centres de recherche en IA sur le territoire et des “appels à projets et défis d’innovation de rupture“.  En ce sens, les géants du numérique que sont Samsung et Fujitsu ont annoncé l’implantation en France de centres de recherches spécialisés dans l’IA. L’occasion rêvée pour la France d’attirer les plus grands chercheurs sur son sol.

Ce plan prévoit également l’évolution de la législation en vigueur dans ce secteur. L’expérimentation des voitures autonomes les plus abouties sera ainsi lancée l’an prochain. Un “cadre de régulation” devrait d’ailleurs favoriser leur circulation d’ici à 2022.

“Regardez qui dirige l’intelligence artificielle dans les grands groupes mondiaux : les Français” a tweeté le président français, confirmant la volonté de la France de peser face aux Etats-unis et à la Chine dans ce qui constitue la plus grande révolution technologique des années à venir.

De plus, Tencent avait mené une étude concluant qu’il y avait 300 000 professionnels de l’IA dans le monde, alors qu’il en faudrait des millions. Notre Pays a donc toutes les cartes en main pour ne plus être une “colonie des GAFA”.