Des scientifiques du Massachusetts Institute of technologie (MIT) et de l’Université de Californie de Berkeley, ont créé une machine capable d’extraire de l’eau dans l’air désertique.

Les scientifiques avaient rapporté leur concept au magazine Science, l’année dernière. Depuis le système a été amélioré et testé dans le climat aride de Temple, en Arizona. La technique fonctionne en puisant directement l’eau dans l’humidité de l’air grâce à des structures de métal organique, MOF. Très poreux, le matériel aspire des molécules d’eau pendant la nuit (où l’humidité est plus importante), et les stocke. La journée, la chaleur du soleil va transformer les molécules d’eau en vapeur. Un système classique de condensateur change ensuite la vapeur en eau.

Les résultats publiés dans la revue Nature sont encourageants. Ils montrent que la méthode est efficace même sur des zones où l’humidité est inférieure à 40%. Cependant la quantité d’eau recueillie lors de ce test est décevante. Alors que l’équipe de recherche espérait récolter 2,8 litres d’eau pour 1 kg de MOF en 24 heure, le volume obtenu n’a pas dépassé les 2,8 litres.

Prochaine étape : créer une machine plus grosse pour récolter davantage de quantité d’eau. Si les scientifiques y parviennent ce système permettra d’obtenir de l’eau saine partout dans le monde. L’accès à l’eau potable est un enjeu primordial alors que près d’un tiers de la population n’y a pas accès. De nombreuses expérimentations pour résoudre le problème de l’approvisionnement en eau potable de la population, existent déjà. Mais jusqu’à présent, la plupart se basaient sur des filtres et nécessitaient donc des points d’eau.

SOURCE.