Les voitures autonomes fleurissent aux quatre coins du monde : Tesla souhaite développer une voiture qui voyage d’un océan à l’autre, Lyft a récemment commencé ses tests en Californie et les voitures autonomes de Ford livrent des pizzas. Vous l’aurez compris, elles sont partout et ont des buts bien précis.

Uber travaille également sur des projets de voitures autonomes. En 2016, l’entreprise lançait ses premiers tests à Pittsburgh. Mais ce lundi 19 mars, l’entreprise a décidé d’arrêter ses tests à Pittsburgh, San Francisco ou encore Toronto, suite à un accident ayant causé le décès d’une femme à Tempe en Arizona. Cette dernière âgée de 49 ans a traversé la route de nuit en dehors des passages piétons lorsque la voiture, roulant en mode autonome, sous la surveillance d’un conducteur l’a heurtée. Elle a ensuite été transportée à l’hôpital et est décédée des suites de ses blessures.

Sur les réseaux sociaux, Uber et son PDG ont exprimé leur soutien à la famille de la victime et leur coopération avec la police locale.

Alors que ces véhicules ont le potentiel de transformer l’industrie automobile, et c’est pour cette raison que de nombreuses entreprises comme Alphabet (holding de Google) ou General Motors investissent dedans, la fiabilité et la sécurité de ces technologies sont bien souvent remises en cause et notamment lors d’incidents. En 2016, c’est un conducteur d’une Tesla équipée de la technologie «AutoPilot» qui est décédé après avoir percuté un poids lourd. L’enquête avait souligné que le système de la voiture était en partie responsable de l’accident et que la route sur laquelle il avait été utilisé n’était pas adaptée à cette technologie.

Ce décès va très probablement ralentir les essais d’Uber et retarder la commercialisation des véhicules d’autres constructeurs. De nombreux experts se sont inquiétés de l’impact des accidents mortels sur cette industrie naissante, bien qu’ils soient également nombreux à estimer que les voitures autonomes peuvent diminuer le nombre d’accidents, car les machines seraient plus fiables. Ce n’est pas la première fois qu’Uber stoppe les tests de ses véhicules autonomes suite à des accidents. L’année dernière, l’un des véhicules avait été impliqué dans un incident. Il n’y avait pas eu de blessé et l’enquête montrait qu’Uber n’était pas responsable de l’incident.

Source.