Science

Nanowood : utiliser du bois pour isoler les maison de demain ?

Moins nocif et plus écologique

Les chercheurs en science des matériaux qui sont à l’origine du bois transparent ont mis au point une nouvelle matière qui possède des propriétés isolantes très intéressantes. Elle pourrait même remplacer la traditionnelle mousse qui est utilisée dans la plupart des bâtiments aujourd’hui. Son nom ? Nanowood.

Les équipes qui travaillent sur de nouveaux matériaux plus respectueux de l’environnement sont de plus en plus nombreuses. L’une d’entre elles est parvenue à modifier les propriétés naturelles du bois pour le transformer en un isolant plus efficace que la plupart des systèmes qui existent aujourd’hui. Les chercheurs ont pour objectif de remplacer la mousse de polystyrène qui est aujourd’hui la technique la plus utilisée pour l’isolation. Dans un communiqué, Tian Li, l’un des chercheurs ayant travaillé sur ce projet s’est exprimé : « il est extrêmement prometteur et pourrait être utilisé comme matériau de construction économe en énergie ».

Pour y parvenir, les chercheurs ont dû modifier la structure du bois pour réduire sa capacité à transmettre la chaleur. En effet, la chaleur se comporte comme un flux qui traverse les matériaux à une certaine vitesse. Cette vitesse dépend de l’indice de conductivité thermique qui est propre à chaque matière. Plus cet indice est faible, plus le flux de chaleur mettra du temps pour traverser le matériau. Le verre possède un indice élevé, il est donc peu isolant. C’est pour cela qu’a été mis au point le double vitrage qui permet d’utiliser l’air, qui a un indice beaucoup plus faible que le verre, comme isolant.

Après avoir mené plusieurs expériences, les chercheurs ont réussi à modifier la structure naturelle du bois pour faire baisser son indice de conductivité thermique. En dépouillant le bois de ses deux composantes naturelles, ils sont parvenus à le rendre beaucoup plus isolant. En plus d’être beaucoup plus écologique et biodégradable, il est également moins nocif pour les habitants d’une maison. En effet, il ne dégage aucune fibre qui pourrait endommager les poumons comme c’est le cas pour la fibre de verre.

Annoncé par les chercheurs comme peu coûteux à fabriquer, ce nouveau bois pourrait bien révolutionner l’industrie du bâtiment d’ici quelques années.

Source.

Send this to a friend