Science

Une nouvelle technique de filtration rend l’eau du port de Sydney potable

Vers un accès à l'eau potable pour tous ?

Alors que plus d’un tiers de la population n’a pas accès à l’eau potable, des chercheurs mettent au point un système de filtration moins cher et plus efficace. Le filtre a été testé avec l’eau très polluée du port de Sydney et les résultats ont été un succès.

Des scientifiques australiens du CSIRO, organisme gouvernemental australien pour la recherche scientifique, ont réalisé une technique de filtration utilisant un film de graphène. Matériaux le plus résistant, la graphène protège habituellement de l’eau. Ici, les chercheurs ont fabriqué un film avec des nanocanaux microscopiques qui laissent passer l’eau, mais bloquent les polluants. Ce filtre ne nécessite qu’une seule étape, là où d’autres nécessitent habituellement un processus complexe en plusieurs phases.

Autre prouesse, les scientifiques ont fabriqué eux-même leur graphène grâce à de l’huile de soja. Cette technique nommée « GraphAir » permet une fabrication rapide et à moindre coût du matériau. L’utilisation de ce nouveau système permet de déjouer les effets des polluants d’origine chimique et pétrolière qui entravent les filtres à eau.  Les tests ont montré que GraphAir continuait à fonctionner même lorsqu’il était recouvert de polluants.

Maintenant que les résultats ont été publiés dans la revue scientifique Nature Communications, l’équipe australienne veut expérimenter son invention. « Tout ce qu’il faut, c’est de la chaleur, notre graphène, un filtre à membrane et une petite pompe à eau. Nous espérons commencer les essais sur le terrain dans une communauté du monde en développement l’année prochaine » a déclaré le Dr Seo, scientifique au CSIRO.

Les chercheurs se penchent également sur d’autres utilisations comme le traitement de l’eau de mer et des rejets industriels.

SOURCE. 

Send this to a friend