Dans une interview accordée au média Axios, Bill Gates a expliqué qu’Apple devrait être capable de se plier aux demandes du gouvernement quand celui-ci souhaite déverrouiller un téléphone de sa marque.

Le sujet de discorde est récurrent entre les compagnies de la tech et les autorités. Pour sa part, Apple souhaite montrer qu’il lui est important de protéger les données de ses utilisateurs, peut importe ce qu’ils aient pu faire. De ce fait, le problème s’était présenté suite à la fusillade de San Bernardino en 2015. Le FBI avait demandé à la firme de déverrouiller l’iPhone 5C dont était équipé l’auteur de l’attaque pour espérer y trouver des éléments à charge. Pour sa part, Apple avait indiqué qu’il refusait de déverrouiller le téléphone au nom de la protection des données. Finalement, le gouvernement avait dû faire appel à des hackers chargés de trouver un accès au contenu du mobile. Si la firme se place en tant que défenseurs des libertés, le fondateur de Microsoft ne semble pas être de cet avis.

Lors d’une interview accordée au quotidien Axios, l’homme a déclaré que « les entreprises doivent faire attention à ne pas défendre des mesures qui pourraient empêcher le gouvernement d’exercer, dans le cadre d’un examen approprié, le type de fonctions sur lesquelles nous comptons ». Selon lui, les autorités doivent être capables d’exercer leurs fonctions sans être gênées par ce type de problème. Bien que Bill Gates n’ait pas mentionné directement Apple, l’on peut supposer sans se tromper qu’il faisait référence à l’affaire ayant opposé la compagnie au FBI en 2015. Il a ensuite expliqué que ce n’était « pas une question de capacité », mais plutôt « de volonté ».

Bill Gates a ensuite expliqué que certaines technologies avaient tendance à l’effrayer à cause de l’utilisation qui pouvait en être faite. Il a par exemple mentionné le fait que de petits groupes de personnes pouvaient « causer des dommages » en exploitant le potentiel de la technologie à mauvais escient.

Plus largement, l’on peut se demander si le fondateur de Microsoft ne conseille pas tout simplement à Apple de mettre en place une backdoor dans ses appareils. Cela permettrait effectivement au gouvernement d’accéder à tous les contenus sans avoir à poser la question à Apple au cas par cas. Si Bill Gates semble passer complètement au-dessus des droits des utilisateurs, qu’en est-il du gouvernement ? Dans le cas où de tels systèmes étaient mis en place, rien n’empêcherait le gouvernement de surveiller des populations en masse sous prétexte qu’elles pourraient potentiellement être dangereuses.

Pour rappel, Snowden révélait le programme de surveillance globale PRISM en 2013. Suite à ces informations dévoilant un système global au-dessus des lois, The Guardian indiquait qu’il était largement possible que le gouvernement ait déjà accès aux données hébergées par des entreprises américaines.

Source : Axios