Uber a annoncé qu’il testait une fonctionnalité permettant de louer des vélos électriques via son application.

Le 31 janvier, Uber a rendu public le futur lancement de son programme pilote dans la ville de San-Fransisco, Californie. Pour mettre la nouvelle fonctionnalité en place, la compagnie de VTC s’est alliée à la startup Jump afin de disposer environ 250 vélos dans les rues. Sur le même principe que les vélos chinois lancés en France par Gobee Bike, les véhicules seront en libre-service dans la ville, et ce dès la semaine prochaine.

Grâce à la géolocalisation, l’utilisateur pourra en sélectionner un pour le réserver. Une fois sur place, il payera deux dollars la première demi-heure puis sera facturé quelques centimes de plus pour le reste de son trajet. Quand il sera à destination, l’usager n’aura qu’à attacher son vélo à un garage public ou à le déposer sur le trottoir. Contrairement aux Vélov et Vélib français, il n’y a pas besoin de rattacher le vélo à une borne. À ce sujet, le directeur marketing de Limebike, Jack Song a expliqué « C’est un système plus flexible et moins coûteux, qui ne requiert aucune subvention publique ».

Si la proposition d’Uber semble intéressante de prime abord, certaines villes sont inquiètes de l’état dans lequel pourraient être les rues à cause des vélos. Quand à d’autres villes, certaines villes ont déjà signé un accord d’exclusivité, à l’exemple de New-York. Malgré les obstacles, le directeur de la politique de transport et de la recherche chez Uber, Andrew Salzberg déclare « Ce n’est qu’une première étape ». Reste à voir si les vélos d’Uber sont laissés dans le même état que ceux de Gobee Bike.

Décidément, Uber n’a pas fini de se diversifier dans différents modes de transports.

Source : Digital Trends